•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2021 : des sommes jugées insuffisantes pour le logement social

L'Association des locataires de Sherbrooke demande aux gouvernements d'investir pour le logement social.

La place réservée aux logements sociaux dans le nouveau budget du Québec est bien décevante, déplore le conseiller municipal Pierre Avard.

Photo : Shutterstock / PopTika

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La place réservée aux logements sociaux dans le nouveau budget de Québec, qui était l’une des priorités de la Ville de Sherbrooke, est bien décevante, déplore le président du Parallèle de l’habitation sociale de Sherbrooke et conseiller municipal Pierre Avard.

Le budget prévoit notamment 250 millions de dollars sur trois ans pour accélérer la construction de projets déjà approuvés, 142,2 millions pour financer des rénovations, et 37,6 millions sur quatre ans pour construire 500 nouveaux logements à travers tout le Québec.

C’est surtout ce dernier nombre qui inquiète Pierre Avard

« À Sherbrooke, on a une cible actuellement qu’on juge insuffisante de 100 [nouveaux logements construits] par année. Uniquement pour la ville de Montréal, on parle de 1500 [logements] pour 2020-2021. On s’entend que 500 pour tout le Québec, on n’est pas là. »

— Une citation de  Pierre Avard, président du Parallèle de l’habitation sociale de Sherbrooke et conseiller municipal

Il craint aussi que les sommes du gouvernement ne soient pas suffisantes pour construire les logements prévus, en raison du prix des matériaux de construction gonflés par la pandémie.

À première vue, avec tout ce qu’on entend dans les nouvelles au niveau des coûts de construction, on a peine à comprendre qu’on va être en mesure d’y arriver avec le nombre d’unités qu’on voudrait avoir et les coûts que ça va engendrer. J’ai l’impression que les objectifs qui sont là ne sont pas réalistes, explique-t-il.

Il rappelle qu’à Sherbrooke, le taux d'inoccupation est présentement très bas, et qu'il y a environ 800 demandes pour des logements sociaux qui sont en attente. C'est beaucoup. Même avec notre objectif de créer 100 logements par année, on s’entend qu’on n’y arrivera pas à ce rythme-là.

En attendant de trouver un logement social, l’Association de locataires nous a dit que certaines personnes étaient dans la rue, d’autres se trouvent des logements à plusieurs… La crise est réelle, et il faut trouver un moyen d’avoir un toit décent à un prix abordable pour tous les citoyens et citoyennes, ajoute-t-il.

Une politique du logement demandée

Pierre Avard croit aussi que la Ville de Sherbrooke devrait se doter rapidement d’une politique du logement, comme Montréal et Québec.

Avec une politique comme ça, les Villes se sont dotées d’outils pour pouvoir avoir des terrains dans tous les districts pour que les gens ne se retrouvent pas isolés dans un secteur de la ville, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...