•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arvida : des bâtiments historiques à préserver

Le Manoir du Saguenay

Rio Tinto confirme son intention de céder le bâtiment patrimonial. Un comité formé de partenaires du milieu sera mis en place pour tenter de lui trouver une nouvelle vocation.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

L'incendie qui a récemment ravagé l'ancienne école Saint-Patrick, dans le secteur Arvida, est venu rappeler avec force toute l'importance que revêt la préservation du patrimoine bâti dans ce secteur patrimonial de Saguenay, où des immeubles phares sont en attente d'une nouvelle vocation.

Le Manoir du Saguenay, propriété de Rio Tinto, en est un. Pratiquement inhabité depuis le début de la crise sanitaire, alors que pratiquement tous les employés de la direction régionale du géant de l’aluminium sont en télétravail. Il s’agit d’un contraste qui tranche magistralement avec la première vie du ce bâtiment magnifique : un hôtel et un restaurant bouillonnants d'activité.

L’église Sainte-Thérèse est délaissée par les fidèles. Un projet de musée mijote pour le temple au clocher vert qui pourrait se retrouver au cœur d’un projet majeur à saveur numérique et touristique.

L'ancienne école primaire Notre-Dame-du-Sourire, à Arvida.

L'ancienne école primaire Notre-Dame-du-Sourire, à Arvida.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

On aimerait ça que les fidèles reviennent, que ce soit plein à craquer et qu’on la conserve au niveau du culte, mais on voit comment ça a été difficile pour les églises, on voit que dans un échéancier de cinq à dix ans, ça va être encore plus difficile , relativise Carl Dufour, conseiller municipal du secteur.

Une école au cachet historique, vacante et nécessitant qu'on lui accorde des soins, trône au sommet d'une colline visible du boulevard Saguenay.

L’ancienne école Notre-Dame-du-Sourire a été reconvertie au cours des dernières années en école des adultes. C’est un bâtiment qui est vide depuis quelques années , pointe Carl Dufour.

On voit un bâtiment en brique avec un toit vert.

L'église Sainte-Thérèse d'Arvida est emblématique de l'ancienne ville.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Ces immeubles se trouvent tous au cœur d’un site patrimonial déclaré, l’un d’eux, l’ancienne école, en plein centre de ce qui est considéré, d’un point de vue historique, comme le noyau institutionnel d’Arvida. Le conseiller Dufour les a bien à l’œil et veut assurer leur pérennité.

Je ne veux pas dire que je suis inquiet, mais il faut quand même jeter un coup d’œil de temps en temps là-dessus. On a trois bâtiments qu’on a ciblés où il faut faire des vérifications, soit avec le privé, du corporatif ou des partenaires.

Une citation de :Carl Dufour, conseiller municipal, district #5

Parti en fumée

L’importance de préserver le patrimoine bâti du 13e arrondissement historique du Québec revêt un caractère encore plus important depuis le violent incendie qui a ravagé l’ancienne école Saint-Patrick, plus tard devenue Riverside, il y a quelques semaines.

Dès le lendemain de l’incendie, le propriétaire de ce bâtiment a fait part de son intention de le reconstruire. Il entend le faire, le plus possible, dans le respect de l’architecture d’origine. Lorsqu’elle a été incendiée, l’ancienne école, construite en 1942 et entièrement rénovée, s’apprêtait à accueillir 14 locataires et des organismes communautaires.

Les pompiers tentent d'éteindre les flammes qui s'échappent de la bâtisse.

Les flammes et la fumée sont bien visibles dans le secteur d'Arvida, où est situé le bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

C’est une école qui était en conversion pour des condos et du locatif pour des organismes et qui s’est envolée en fumée. C’est beaucoup de souvenirs qui disparaissent lors d’événements comme ça , lance Carl Dufour, qui, aux côtés du propriétaire Marc Saint-Gelais, a assisté à un triste spectacle lorsque les flammes ont pratiquement réduit en cendres cette bâtisse fréquentée par des générations d’écoliers.

Une nouvelle vocation pour le Manoir

Rio Tinto confirme que le Manoir du Saguenay fera bientôt l’objet de discussions avec le milieu dans le but de lui trouver une nouvelle vocation.

Avec la nouvelle réalité de travail en lien avec la COVID, nous en sommes à réévaluer nos besoins en termes d’espaces de travail. Nous sommes vraiment conscients de la valeur patrimoniale du Manoir et de son importance pour la communauté d’Arvida. Donc ce qu’on souhaite faire au cours des prochaines semaines, c’est mettre en place un comité pour réfléchir avec la communauté aux différentes pistes pour mettre en valeur le Manoir.

Une citation de :Malika Cherry, porte-parole, Rio Tinto

Malika Cherry ajoute que la décision de vendre n’a pas encore été prise officiellement.

Malika Cherry devant le Manoir du Saguenay.

La porte-parole de Rio Tinto, Malika Cherry.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Elle ajoute qu’il ne reste plus qu’une quarantaine d’employés oeuvrant dans une annexe du Manoir où se trouve le Centre opérationnel aluminium.

Ces employés vont déménager au cours des prochaines semaines pour se rapprocher des opérations , poursuit la porte-parole.

Par courriel, le Centre de services scolaire De La Jonquière indique qu’un projet de maternelle quatre ans et d’école pour des élèves aux besoins particuliers est dans les cartons pour l’ancienne école Notre-Dame-du-Sourire. Un bâtiment qui, pour bien des gens, est riche en souvenirs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !