•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux d'Andrew Furey remportent les élections à Terre-Neuve-et-Labrador

Au terme d'une campagne électorale qui se sera éternisée pendant 10 semaines, les résultats ont été dévoilés d’un seul coup samedi midi.

Andrew Furey debout devant un drapeau du Canada et un drapeau de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le chef du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, lors de son discours de victoire, samedi.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Le libéral Andrew Furey remporte les élections à Terre-Neuve-et-Labrador, au terme d'un scrutin retardé par la pandémie de COVID-19.

Andrew Furey dirigera un gouvernement majoritaire, après avoir été à la tête d'un gouvernement minoritaire pendant sept mois.

Les libéraux remportent 48,2 % du vote populaire, lors d'une élection qui aura coûté leurs sièges aux chefs des deux partis d'opposition.

Les libéraux remportent 22 sièges, soit 3 de plus que ce qu'ils avaient à la dissolution de l'Assemblée législative en janvier. Les progressistes-conservateurs ont quant à eux fait élire 13 députés, deux de moins qu'au déclenchement des élections. Le Nouveau Parti démocratique remporte deux sièges. Trois députés indépendants ont également été élus.

Les libéraux doivent maintenant faire face aux problèmes les plus urgents de la province, notamment les défis budgétaires et le taux d'emploi. Ces secteurs dépendent en grande partie des industries pétrolière et touristique en difficulté. Le gouvernement d'Andrew Furey devra aussi s'attaquer à la dette publique, qui a explosé en raison des dépassements de couts du projet hydroélectrique de Muskrat Falls.

Le chef progressiste-conservateur, Ches Crosbie, est défait dans sa circonscription de Lac Windsor. Il a perdu par 534 voix face au libéral John Hogan.

La cheffe du Nouveau Parti démocratique, Alison Coffin, perd elle aussi son siège dans sa circonscription, Saint-Jean-Est-Quidi Vidi, remporté par le libéral John Abbott par 53 voix.

Les deux chefs n'ont pas annoncé leur démission à la tête de leur parti respectif samedi.


Andrew Furey promet d'être « audacieux »

Andrew Furey se présente à l'hôtel Delta à Saint-Jean pour s'adresser aux médias quelques minutes après l'annonce des résultats du scrutin, samedi

Andrew Furey se présente à l'hôtel Delta à Saint-Jean pour s'adresser aux médias quelques minutes après l'annonce des résultats du scrutin, samedi

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Le premier ministre Andrew Furey a fait un discours de victoire rassembleur, mais sans grande substance concernant les enjeux qui planent sur la province.

Dans son discours, en début d'après-midi, Andrew Furey a dit qu'il voulait réinventer la province.

Le moment est venu pour l'audace. Notre économie – déjà difficile – a souffert de la pandémie, mais on a la possibilité de faire une grande transition. Sommes-nous assez audacieux pour cette enjambée? Oui nous le sommes!

Une citation de :Andrew Furey, chef du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador

Il a fait cette déclaration sans aborder de plan concret pour l'économie de la province et n'a pas mentionné, par exemple, l'épineux dossier de Muskrat Falls. Avec un endettement net de 16,4 milliards de dollars, Terre-Neuve-et-Labrador a le fardeau fiscal le plus élevé au pays par rapport à son indice du produit intérieur brut (PIB).

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a félicité Andrew Furey par voie de communiqué samedi après-midi. Il a souligné son intention de collaborer avec le gouvernement libéral provincial, notamment pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

Au nom du gouvernement du Canada, je tiens à féliciter le Dr Andrew Furey pour sa réélection, a-t-il écrit. Dans la poursuite de notre partenariat, nous continuerons de faire avancer les dossiers les plus importants pour les gens de Terre-Neuve-et-Labrador et nous rebâtirons en mieux pour l’ensemble des Canadiens.

Andrew Furey, un ancien chirurgien orthopédique, a été nommé chef du Parti libéral le 3 août 2020 à la suite d’une course à la chefferie, et il est officiellement devenu premier ministre le 19 août 2020. Il représente la circonscription de Humber-Gros Morne.


Ches Crobie réfléchit à son avenir politique

Le chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador, Ches Crosbie.

Le chef progressiste-conservateur Ches Crosbie a été défait par plus de 500 voix dans sa circonscription.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Dans un message vidéo partagé sur Twitter, le progressiste-conservateur Ches Crosbie affirme qu'il va prendre quelques jours pour réfléchir à son avenir.

À la lumière de ces résultats, je vais discuter avec ma famille, mon caucus et la direction du parti, et je vais prendre quelques jours pour réfléchir à ce qui s'est passé et à la suite des choses, dit Ches Crosbie.

Le chef a refusé les demandes d'entrevues des médias, samedi.


Alison Coffin parle d'un « jour sombre »

Alison Coffin.

La cheffe du NPD de Terre-Neuve-et-Labrador, Alison Coffin

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

La cheffe du Nouveau Parti démocratique, Alison Coffin, s'est adressée aux journalistes quelques minutes après le dévoilement des résultats.

Elle a affirmé que c'était un jour sombre dans l'histoire et une leçon en démocratie.

Nous devons faire mieux, a-t-elle lancé, en parlant du taux de participation le plus faible de l'histoire de la province.

Des milliers de personnes se sont plaints du système de vote et des milliers d'autres se sentent exclus. Il y a déjà des discussions sur des poursuites qui pourraient aller jusqu'en cour suprême, dit Alison Coffin.


Taux de participation historiquement bas

Le taux de participation préliminaire lors de ces élections est de 48 %.

Il s'agit d'un taux de participation historiquement bas à Terre-Neuve-et-Labrador.


Une campagne électorale chaotique

La campagne électorale, qui devait durer 28 jours, s'est finalement étalée sur 10 semaines.

Le chef libéral Andrew Furey a déclenché les élections le 15 janvier, alors que les autorités sanitaires de la province ne rapportaient qu'un seul nouveau cas de COVID-19. Toutefois la situation a drastiquement changé à la veille du scrutin.

Le vote en personne, prévu le 13 février, a été remplacé par un vote par la poste quelques heures à peine avant l’ouverture des bureaux de scrutin — une décision prise en raison d’une importante éclosion de COVID-19 dans la région de Saint-Jean.

La date limite pour voter par correspondance a été repoussée quatre fois.

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

Le progressiste-conservateur Ches Crosbie a profité de chaque occasion pour dénoncer le déclenchement de la campagne électorale en pleine pandémie. Il a affirmé à plusieurs reprises au cours des dernières semaines qu’il pourrait possiblement contester les résultats de ces élections en raison des nombreux problèmes d’accessibilité.

Voici quelques problèmes survenus lors de cette campagne électorale sans pareille :

Terre-Neuve-et-Labrador est la quatrième province canadienne à se lancer en campagne électorale durant la pandémie de COVID-19, après le Nouveau-Brunswick, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique, ainsi que le territoire du Yukon dont le scrutin est prévu le 12 avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !