•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enthousiasme prudent pour la reprise du sport en Outaouais

Un ballon de soccer en avant plan avec des jeunes joueuses en arrière plan

Les associations sportives peuvent reprendre leurs activités de groupe en zone orange vendredi, après de longs mois d’attente.

Photo : Radio-Canada / John Robertson/CBC News

Les associations sportives peuvent reprendre leurs activités de groupe en zone orange vendredi, après de longs mois d’attente. En Outaouais, les responsables se réjouissent de la reprise, mais demeurent prudents en raison du nombre de cas qui augmentent au Québec et dans la région.

L’Association de soccer de Gatineau (ASG) tiendra ses premiers entraînements encadrés au Complexe Branchaud-Brière. Deux groupes de huit joueurs pourront être sur le terrain en même temps, chacun supervisé par un entraîneur.

On est très contents. Les enfants ont hâte de revenir sur le terrain, explique Slava Ursu, le directeur technique de l’ASG, qui compte déjà plus de 700 inscriptions pour cette reprise. Le défi va être de bien planifier pour que tout le monde puisse reprendre les activités sportives.

Son association s’est penchée sur les façons sécuritaires de pratiquer le soccer, avec les mesures sanitaires et un retour progressif des athlètes qui n’ont pas pu profiter d’entraînement de groupe depuis octobre.

Pour éviter les blessures, l’accent sera placé sur la remise en forme et des compétitions individuelles prendront place à la fin des séances pour pallier l’absence de matchs.

Une entraîneuse parle à des jeunes dans un cours de gymnastique.

Le club UniGym reprendra ses activités dimanche pour ses athlètes d’élite (archives).

Photo : Facebook Unigym Gatineau

Le club UniGym, lui, reprendra ses activités dimanche pour ses athlètes d’élite. La programmation récréative ne commencera que le 10 avril.

On s’est donné une marge de manœuvre pour voir comment la situation va évoluer, affirme Jean-Paul Caron, le directeur général.

Cette prudence vient de la remontée des cas en Outaouais et de l’avertissement servi par le premier ministre du Québec sur la possibilité de passer de la zone orange à la zone rouge. On est tannés du yoyo, mais on doit planifier selon la situation actuelle, précise M. Caron.

On est prêts à s’arrêter si le gouvernement nous le demande, mais espérons que les gens vont respecter la distanciation. On s’assure de le faire pendant nos entraînements. Avec l’arrivée des journées chaudes, je pense que la situation va se stabiliser, on va pouvoir sortir dehors et faire nos activités en toute sécurité, ajoute Slava Ursu.

Avec les informations de Jonathan Jobin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !