•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Megan Epstein : lancer un service de livraison en pleine pandémie

Megan Epstein devant une boîte en carton dans une charcuterie.

Megan Epstein récupère des commandes de ses clients à la charcuterie Schwartz's à Montréal.

Photo : Radio-Canada / André Grégoire

Elle travaillait à temps plein comme avocate. Son époux était gérant d’une boîte de production de spectacles. La pandémie a bouleversé la vie du couple de Vaughan, en Ontario. Pour joindre les deux bouts, Megan et Amir Epstein ont décidé de fonder un service de livraison de repas.

Les deux savaient que la crise sanitaire allait perturber l’industrie de la musique pendant des mois, voire même des années.

Il fallait trouver quelque chose qui nous permettrait de payer notre hypothèque et de soutenir la famille, souligne Amir. Son gagne-pain – gérer des musiciens et organiser des concerts devant une foule – était devenu impensable.

Megan et Amir Epstein.

Megan est avocate de formation et son époux Amir gérait une boîte de production de spectacles, qu'il a été forcé de fermer en raison de la pandémie.

Photo : Megan Epstein

Originaire de Montréal, Megan Epstein disait souvent s’ennuyer de la bouffe de la métropole québécoise.

C’est ainsi que l’idée du service de livraison I Miss Montreal Food a vu le jour il y a près d’un an.

Chaque semaine, le couple conduisait jusqu’à Montréal dans sa camionnette munie de glacières pour récupérer des bagels, de la viande fumée et d’autres délices de restaurants, de charcuteries et de boulangeries populaires. Les fondateurs livraient ensuite les produits chez leurs clients à Toronto.

Il y a beaucoup de personnes pour qui c'est la nostalgie, mais il y en a d’autres qui ont entendu parler de Schwartz's Deli ou des bagels St-Viateur et puis maintenant, ils peuvent l'essayer sans devoir aller à Montréal.

Une citation de :Megan Epstein, cofondatrice, I Miss Montreal Food

Au début, le couple acceptait les commandes par courriel. Pour faire une seule commande, ça prenait tellement de temps. On n'avait pas assez de temps pour en faire plus, dit-elle.

Les cofondateurs ont ensuite utilisé la plateforme de Shopify, avant de faire affaire avec l’entreprise torontoise Taliup, qui leur a développé un outil de commande en ligne personnalisé.

Croissance éclair

Pour développer sa clientèle, le couple s’est d’abord fié au bouche-à-oreille et aux réseaux sociaux. Des articles dans les publications BlogTO et Toronto Life, entre autres, ont fait exploser les ventes l’été dernier.

Les allers-retours en voiture entre Toronto et Montréal sont vite devenus chose du passé, étant donné le volume des commandes.

Au début, c’était cinq livraisons. Ensuite, on en faisait 10 et puis 20. Maintenant, nous vendons chaque semaine des centaines de livres de smoked meat et des milliers de bagels, de pizzas, de burgers et de pâtisseries.

Une citation de :Amir Epstein, cofondateur du service I Miss Montreal Food

Contrairement aux applications de livraison de repas, comme Skip the Dishes et UberEats, le service I Miss Montreal Food ne facture pas les restaurants. Elle impose plutôt des frais de service d’environ 15% aux clients.

Un pot de cornichons, de la moutarde, des boissons gazeuses, du pain, de la choucroute et de la viande fumée dans une boîte de carton.

Pour l'instant, les clients peuvent choisir parmi une panoplie de produits de restaurants montréalais. D'autres villes s'ajouteront au site web au cours des prochains mois.

Photo : Radio-Canada / Dean Gariepy

Grâce à un nouveau partenariat avec Purolator, les frais de livraison sont considérablement moins élevés, soit un rabais d’environ 70%. Livrer une boîte qui contient environ 5 kilogrammes de nourriture en 24 heures reviendrait normalement à 150$ ou 200$, affirme Megan Epstein.

Mais avec nous, ça va être 30$, 35$. Ça dépend du poids, mais c'est beaucoup moins, dit-elle.

Expansion à l’échelle du pays

En moins d’un an d’existence, l’entreprise prend déjà de l’expansion et livrera partout au Canada, plus tard ce mois-ci.

Le nouveau site web, rebaptisé I Miss My Food, permettra aussi aux clients de commander des produits de Toronto et de Vancouver. Les cofondateurs comptent ajouter Halifax, Calgary, Ottawa et l’Île-du-Prince-Édouard cet été.

On est une entreprise canadienne alors on veut soutenir les restaurants canadiens, affirme Mme Epstein.

Il y en a beaucoup qui ferment maintenant. Ça a été une année difficile.

Un site web sur lequel on peut lire Ottawa et Halifax.

Le site I Miss My Food permettra aux clients de choisir des restaurants de différentes villes. En plus de Montréal, Toronto et Vancouver, l'entreprise compte ajouter Ottawa, Halifax, Calgary et l'Île-du-Prince-Édouard cet été.

Photo : Radio-Canada / Dean Gariepy

Selon son époux, il s’agit d’une occasion pour ces restaurateurs d’élargir leur clientèle et de livrer leurs produits au-delà du rayon de cinq kilomètres entourant leur commerce.

Certains de nos partenaires ont vu des hausses de 30 % à 40 % de leurs ventes grâce à notre service. Ça aide les restaurants à garder leurs portes ouvertes, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !