•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa passe en deuxième vitesse pour approvisionner les provinces en vaccins

Des personnes âgées attendent de se faire vacciner au stade olympique.

À Montréal, plusieurs centres de vaccination de masse sont en place, dont le stade olympique, qui est en mesure d’immuniser 3000 personnes par jour.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Canada va recevoir 6 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 au cours des trois prochaines semaines, soit d'ici le 18 avril, l’équivalent du nombre reçu ces trois derniers mois, a indiqué le gouvernement fédéral vendredi.

Les 1,5 million de doses attendues du vaccin d'AstraZeneca en provenance des États-Unis font partie de ce nombre. Elles doivent arriver au pays mardi prochain par camion, selon la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

Nous avons dit depuis le début que le premier trimestre de 2021 représenterait une période d'augmentation de l’approvisionnement au Canada à mesure que les fabricants de vaccins augmenteraient leur production. Nous assistons maintenant à cette augmentation de l'offre, et elle va se poursuivre, a-t-elle dit.

Pfizer va fournir au moins un million de doses par semaine d'ici la fin du mois de mai.

Moderna augmente pour sa part la fréquence de ses livraisons toutes les deux semaines, plutôt que toutes les trois semaines comme prévu, avec 855 000 doses expédiées la semaine du 5 avril et 1,2 million de doses la semaine du 19 avril.

Retard dans la livraison des vaccins de Moderna

Le second envoi de doses de Moderna cette semaine au Canada sera quelque peu retardé par le processus de contrôle de la qualité, selon la ministre Anand.

Mercredi, 225 600 doses du vaccin Moderna ont été livrées à Toronto par avion. C'est l'arrivée de 590 400 autres doses, qui devait être imminente, qui a été retardée au plus tard au 1er avril.

Elle assure toutefois que les délais du contrôle de la qualité n'affecteront pas la livraison des 855 600 doses de Moderna qui doivent arriver au Canada pendant la semaine du 5 avril.

Il y aura toujours des obstacles en cours de route et nous continuerons de travailler chaque jour pour faire en sorte que les vaccins arrivent au pays, a expliqué Anita Anand. Comme nous l'avons vu, ces complications sont temporaires et ne retardent pas notre calendrier.

L'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) a annoncé que l'échéancier de la vaccination en pharmacie serait lui aussi retardé, puisqu’une partie de cet arrivage était destinée aux pharmacies communautaires des régions de Montréal, de Laval, de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides.

Elles devaient rendre disponibles leurs plages horaires sur le site gouvernemental Québec.ca/vaccincovid (Nouvelle fenêtre) à compter du 29 mars et commencer l’administration des doses autour du 7 avril.

Le retard dans la livraison de Moderna n’a d’ailleurs rien à voir avec les récents changements apportés aux contrôles européens des exportations, selon la ministre Anand, car l'exportation de l'expédition a déjà été autorisée.

Conséquences du protectionnisme européen

La décision de la Commission européenne de durcir son mécanisme de contrôle des exportations de vaccins contre la COVID-19 produits dans l'Union européenne, mercredi, a fait craindre des retards dans le plan de vaccination au Canada en limitant les livraisons attendues au pays dans les prochaines semaines.

Tandis que ces décisions mettent une fois de plus en évidence la fragilité des pays qui ne sont pas producteurs de vaccins, comme le Canada, le gouvernement tente de se faire rassurant.

La ministre a assuré que l’augmentation de l'offre de vaccins allait se poursuivre malgré les restrictions. Le Canada surveille de près l'environnement mondial, y compris les restrictions à l'exportation dans un certain nombre de juridictions, a dit Mme Anand.

Le vice-président exécutif de l’Union européenne et commissaire européen au commerce, Valdis Dombrovskis, a d’ailleurs précisé jeudi que les mesures proposées avaient pour but de garantir la transparence et un équilibre dans le déploiement des vaccins, et qu’elles ne ciblaient aucunement le Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !