•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Métisse manitobaine participe à la traduction de Halfbreed de Maria Campbell

Portrait d'Andrina Turenne avec un regard dirigé à côté.

Selon Andrina Turenne, les Canadiens ont la chance d'avoir accès à beaucoup de littérature autochtone, de biographies et de textes historiques, mais certaines œuvres restent à traduire.

Photo : Brodie Parachoniak

Alexia Bille

L’artiste métisse et francophone de Winnipeg, Andrina Turenne, a effectué la relecture de la traduction française de l'autobiographie Halfbreed, de Maria Campbell, réalisée par l’artiste Charles Bender et le dramaturge Jean Marc Dalpé.

Ce livre parle de sa vie et de ses expériences en tant que femme halfbreed de la Saskatchewan. C'était une des premières œuvres de la sorte et c’est la raison pour laquelle c'est un texte très important, explique Mme Turenne.

Le texte, écrit en 1973, est considéré comme un texte fondateur de la culture autochtone. Bien que traduit dans plusieurs langues, aucune version en français n’existait jusqu’à tout récemment.

Charles et Jean-Marc avaient besoin de quelqu’un pour vérifier leur traduction et ils se sont tournés vers l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba, qui les a référés à moi, raconte Andrina Turenne.

Elle ajoute qu’elle connaissait très bien l'œuvre pour l’avoir lue de nombreuses fois dans sa version originale en anglais.

Cinq femmes marchent le long d'une route.

La leader métisse Maria Campbell a dirigé une marche pacifique en 1990 en soutien aux Mohawks d'Oka.

Photo : Radio-Canada / auteur inconnu

J’ai fait la relecture du texte de mon point de vue de Métisse de la rivière Rouge, mais en faisant attention de ne pas insérer l'expérience des Métis d'ici. Donc j’ai vérifié que la traduction de chaque mot était fidèle à tous les aspects culturels à prendre en considération, relate Andrina Turenne.

Mme Turenne a consulté de nombreux membres de la communauté métisse pour recueillir leur avis, et s’est également tournée vers Mme Campbell. Je voulais m’assurer que les mots avaient la même valeur et les mêmes intentions que ces premiers mots à elle.

Et si le choix des bons mots était primordial pour toutes les personnes impliquées dans cette traduction, la décision de conserver le terme "halfbreed" était l’une des plus importantes.

Maria se définit elle-même comme "halfbreed", un mot qui a été donné à ce peuple par les colons. Pour certains, il peut encore avoir un aspect péjoratif, mais pour elle et pour d’autres, il est fidèle à leur identité. Ils l'utilisaient eux-mêmes pour se définir, explique Andrina Turenne.

Une œuvre fondatrice

Cette œuvre est d’une importance capitale pour la littérature et l’histoire des Autochtones du Canada, selon Andrina Turenne. Maria a vraiment défriché le terrain et créé l'opportunité pour d'autres gens comme elle afin de raconter leur histoire.

Mme Turenne rappelle que l’histoire des Métis de l’Ouest est complexe. Elle n’a pas toujours été racontée de façon juste. Il faut plus de textes comme celui-ci pour enfin comprendre l'Histoire de la perspective de ceux qui l'ont vécue, affirme-t-elle.

C’est un peuple qui s'est fait maltraiter lors de la colonisation de l'Ouest. Mais le Canada aime bien mettre de côté ces histoires-là pour glorifier la nation qu’il est aujourd’hui. On ne donne pas la parole à tous ceux qui ont vécu les retombées négatives de cette expansion.

Selon Andrina Turenne, Maria Campbell n’avait pas toutes ces considérations en tête quand elle a écrit son livre. Ce qu’elle voulait vraiment, c’était juste partager son histoire. Elle ne se disait même pas auteure à cette époque-là.

Andrina Turenne est admirative de la plume de Mme Campbell, mais également de sa droiture. Même avec tout le succès qu'a connu le livre, elle est toujours restée fidèle à la version qu'elle a publiée et à l’esprit qu’elle voulait lui donner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !