•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin accusé de meurtre au premier degré dans l’est ontarien

Brian Nadler, lors d'une randonnée en montagne, avec un sac à dos, sourit à la caméra.

Médecin à l’Hôpital général de Hawkesbury, le Dr Brian Nadler, 35 ans, originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été placé en détention.

Photo : Linkedin/Brian Nadler

Radio-Canada

Un médecin a été accusé de meurtre au premier degré, vendredi après-midi, par visioconférence au palais de justice de L’Orignal, en lien avec un des décès suspects survenus à l’Hôpital général de Hawkesbury jeudi. Plusieurs éléments de sa comparution ont été frappés d’un interdit de publication.

Médecin à l’Hôpital général de Hawkesbury, le Dr Brian Nadler, 35 ans, originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été placé en détention.

En entrevue avec CBC, son avocat, Alan Brass, explique que son client clame son innocence et contestera cette accusation.

Le Dr Nadler maintient son innocence, et les charges qui pèsent contre lui seront rigoureusement combattues, a-t-il indiqué.

Sa prochaine apparition en cour est prévue le 6 avril 2021.

Dans une déclaration écrite, l’Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario a indiqué avoir été alerté du dossier.

Nous venons tout juste d’apprendre ces allégations extrêmement troublantes et l’Ordre va les examiner immédiatement, peut-on lire.

Plusieurs décès suspects à Hawkesbury

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) a confirmé, par courriel, que cette accusation est liée à son enquête sur plusieurs décès suspects survenus à l’Hôpital général de Hawkesbury jeudi soir.

Selon un communiqué, le soir du 25 mars, des membres de la PPO, détachement de Hawkesbury, ont été appelés à l'Hôpital général de Hawkesbury et district.

Plusieurs voitures de police devant l'entrée de l'urgence.

Des membres de la police provinciale ont été appelés à l'Hôpital général de Hawkesbury et district jeudi soir.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

L'enquête est menée par l'Unité des crimes majeurs du détachement de Hawkesbury de la PPO, sous la direction de l’Unité des enquêtes criminelles. Les membres de l'Unité des services d'identification médico-légale de la police provinciale ont également été dépêchés sur place.

La PPO n’a pas encore indiqué la durée de son enquête ni confirmé le nombre exact de victimes.

Toutes les circonstances de cette affaire ne sont pas encore établies et l'enquête se poursuit afin de déterminer celles des autres décès récents à l'hôpital.

Nous considérons pour l'instant qu'il y a un suspect et qu'il est peut-être lié à plus d'un décès, mais l'enquête se poursuit, a précisé Mario Gratton, porte-parole du détachement de Hawkesbury de la PPO.

Le bureau du coroner en chef de l'Ontario enquête également sur ces morts suspectes.

L'hôpital tente de rassurer les patients

Par voie de communiqué, l’Hôpital général de Hawkesbury et district explique que tous les privilèges du Dr Nadler à l’hôpital ont été révoqués.

L'Hôpital général de Hawkesbury.

L'Hôpital général de Hawkesbury (archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Nous voulons rassurer nos patients, leurs familles et l’ensemble de la communauté : le campus de l’hôpital est un lieu sûr. Nous continuons à offrir nos programmes dans un environnement professionnel et sécuritaire. Tous les services aux patients sont maintenus dans tous les secteurs, y compris l’imagerie médicale, le centre familial des naissances, les services d’urgence et les cliniques ambulatoires. Les patients qui ont besoin d’accéder à des services peuvent venir à l’hôpital et les rendez-vous seront respectés, précise l’Hôpital général de Hawkesbury et district, ajoutant que ses dirigeants collaborent activement avec les agents de la PPO affectés à cette enquête.

En collaboration avec la PPO, l'hôpital indique qu'il communiquera avec les familles concernées.

L’Hôpital général de Hawkesbury et district dit également avoir mis en place de l’aide et des séances de counseling post-traumatique pour ses employés et médecins qui le souhaiteraient.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.