•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une « situation épidémiologique sans précédent », dit la santé publique

Sylvain Leduc.

Le docteur Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent explique que le problème, en ce moment, concerne la transmission communautaire (archives).

Photo : Radio-Canada

Face à « un phénomène de supertransmission d'un variant de la COVID-19 », la santé publique du Bas-Saint-Laurent augmente les mesures visant à freiner la propagation du virus.

Je veux être clair, le problème en ce moment, c'est la transmission communautaire, pas les écoles, a affirmé le directeur régional de santé publique, le Dr Sylvain Leduc, en point de presse vendredi.

Il ajoute toutefois que cette transmission communautaire accrue et accélérée a touché 16 des 18 écoles du Centre de services scolaire de Kamouraska—Rivière-du-Loup en une semaine. Six de ces écoles connaissent présentement une éclosion de COVID-19.

Actuellement, au moins 69 élèves et 17 membres du personnel ont été déclarés positifs et ces cas ont entraîné l’isolement de plus de 1000 personnes. Neuf hospitalisations sont en cours en raison de la maladie.

Vendredi, 41 nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent au bilan du Bas-Saint-Laurent, qui compte actuellement 144 cas actifs du virus, dont 68 sont liés à des variants.

Cas par MRC :

  • Kamouraska : 237 cas (+7)

  • Rivière-du-Loup : 387 cas (+27)

  • Témiscouata : 134 cas (+5)

  • Les Basques : 36 cas (-1)

  • Rimouski-Neigette : 602 cas

  • La Mitis : 87 cas

  • La Matanie : 225 cas (+1)

  • La Matapédia : 53 cas (+2)

  • Indéterminés : 16 cas

Jeudi, la santé publique rapportait 46 nouveaux cas de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent, un record depuis le début de la pandémie.

Il faut comprendre que ce n'est pas seulement 46 cas, c'est 46 personnes qui ont environ 10 contacts chacune. Ça, ça fait du monde à contacter, précise le Dr Leduc.

Nos mesures actuelles doivent être rehaussées, indique donc le directeur de santé publique, qui parle d'une situation épidémiologique sans précédent.

Le passage en zone rouge ne semble toutefois pas envisagé à court terme par le Dr Leduc qui rappelle que cette décision relève de Québec.

Il y a des cas qui vont se déclarer dans les 14 prochains jours qui sont déjà en incubation. Alors prenons les 14 prochains jours au minimum pour évaluer si on garde le contrôle, si on retrouve le contrôle, précise-t-il.

Deux personnes entrent dans la clinique de vaccination contre la COVID-19 de Rimouski, le 26 mars 2021.

Jusqu'à 600 personnes pourront se faire vacciner chaque jour à la clinique de vaccination de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Pendant ce temps, la vaccination se poursuit dans la région. Le site permanent de vaccination de Rimouski, situé sur l'avenue Léonidas Sud, vient d'ailleurs d'ouvrir officiellement ses portes.

Jusqu'à 600 personnes par jour se feront vacciner sur place. Dans l'ensemble de la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) estime que 5580 vaccins seront administrés d'ici dimanche et ce nombre montera à 7200 la semaine prochaine.

Toutes les écoles fermées jusqu'au 5 avril

Étant donné la situation actuelle, toutes les écoles primaires et secondaires du CSS de Kamouraska-Rivière-du-Loup seront fermées jusqu'au 5 avril inclusivement. L'enseignement se fera donc de façon virtuelle.

On pense que cette période de 12 jours va nous permettre de ralentir la transmission. Cependant, il y a une grosse condition, prévient le Dr Leduc.

Il insiste sur le fait que toute la population devra participer à cet effort, notamment pour éviter que les cours en présentiel soient remplacés par d'autres activités sociales ou familiales.

On doit restreindre toute activité ou déplacement non essentiel pour les prochains jours. On doit réduire notre exposition à des lieux publics et surtout, éviter de se rassembler.

Une citation de :Dr Sylvain Leduc, directeur de santé publique du Bas-Saint-Laurent

Des points de services de garde d'urgence ont été mis en place à l'École La Croisée I, à Rivière-du-Loup, et à l'École Sacré-Cœur, au Kamouraska.

Jusqu'à 1350 tests par jour dans l'ouest du Bas-Saint-Laurent

Le Dr Leduc précise qu'une seule école, la polyvalente de Rivière-du-Loup, est visée par un dépistage massif.

Il invite toutefois toute personne présentant des symptômes à prendre rendez-vous pour passer un test de dépistage, précisant que des places sont disponibles. On a de la capacité, mais il faut prendre rendez-vous, martèle-t-il.

Jusqu'à 600 tests peuvent être réalisés par jour à Rivière-du-Loup, et 250 à La Pocatière.

De plus, un centre de dépistage d'une capacité de 500 tests quotidiens s'ajoute vendredi à Saint-Pacôme.

Jeudi, 1634 tests de dépistage ont été réalisés sur l'ensemble du territoire du Bas-Saint-Laurent.

Le CSS du Fleuve et des Lacs sur un pied d'alerte

Dans les écoles du Témiscouata et des Basques, aucun cas de COVID-19 n'a été confirmé pour le moment.

La directrice générale du CSS du Fleuve et des Lacs, Nancy Couture, affirme toutefois que le CSS est sur un pied d'alerte et qu'une rencontre avec tous les cadres a eu lieu vendredi matin.

Pour la prochaine semaine, on a décidé de suspendre toutes les locations avec les partenaires externes, que ce soit les locations des gymnases, pour limiter le nombre d'allées et venues dans les écoles parce que notre préoccupation première, c'est de maintenir les services éducatifs en présentiel, précise-t-elle.

Or, avec des frontières communes avec les MRC de Kamouraska et de Rivière-du-Loup, ainsi qu'avec le Nouveau-Brunswick, Mme Couture rappelle que la situation peut changer rapidement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !