•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pieuvres font-elles des rêves? Probablement, mais pas de très longs

Une pieuvre dans un aquarium au moment où elle rêverait.

Une pieuvre au moment où elle rêverait.

Photo : Federal University of Rio Grande do Norte/Sylvia Madeiros

Agence France-Presse

Une pieuvre nommée Marshmallow se repose dans son aquarium. Soudain, elle passe d'un blanc-vert pâle au marron, puis à l'orange, ses muscles tressautent, ses ventouses se contractent et ses yeux s'agitent.

Ce moment a été capturé par des scientifiques au Brésil, qui ont publié jeudi une nouvelle étude dans la revue iScience (Nouvelle fenêtre) (en anglais) montrant que ces animaux expérimentent deux types de sommeil.

L'un d'eux, que les chercheurs ont appelé sommeil actif, est similaire au sommeil paradoxal observé chez des mammifères, des oiseaux et certains reptiles, laissant ainsi penser que, comme les humains, les poulpes peuvent rêver.

Les poulpes sont uniques en termes de complexité à la fois comportementale et neurologique, explique à l'AFP Sidarta Ribeiro, de la Federal University of Rio Grande do Norte au Brésil, et co-auteur de l'étude.

Leur cerveau est plus complexe que ceux de tous les invertébrés, note-t-il, mais ils sont malgré tout très différents de nous.

Pour étudier leur sommeil, les chercheurs ont enregistré quatre poulpes dans des aquariums sur plusieurs jours.

Durant les phases de sommeil calme, les animaux étaient immobiles, de couleur pâle, et leurs yeux étaient fermés en fente. En période de sommeil actif, au contraire, ils ne cessaient de changer de couleur, de se contracter, et leurs yeux étaient mobiles.

La phase calme durait six ou sept minutes, avant d'être suivie d'un cycle actif d'environ 40 secondes, les deux se succédant par cycles.

Au total, les poulpes dormaient environ un quart de la journée.

Les chercheurs ont procédé à plusieurs tests pour vérifier que les poulpes dormaient bien pendant ces phases, explique à l'AFP Sylvia Medeiros, auteure principale de l'étude.

Le premier test consistait à diffuser une vidéo de crabe près du poulpe. Lorsqu'ils sont éveillés, comme le crabe est une proie, ils essaient d'attaquer, dit-elle. Ce qui n'arrivait pas pendant les deux phases de sommeil présumées.

De même, les poulpes ne réagissaient alors pas à des coups donnés avec des marteaux en caoutchouc sur leur aquarium, contrairement à lorsqu'ils étaient éveillés.

La plupart des rêves chez les humains se produisent lors de la phase de sommeil paradoxal. Peut-on présumer de la même chose chez les poulpes?

On ne peut pas le dire avec certitude, explique Sylvia Medeiros. Mais si c'est le cas, ces rêves ne sont certainement pas aussi complexes que les nôtres, compte tenu de la brève durée des phases de sommeil actif observées chez eux. C'est sûrement plus comme de petites vidéos, ou même des gifs, suggère-t-elle.

Par ailleurs, les couleurs observées pendant leur sommeil pourraient donner des indications sur leurs humeurs, comme lorsqu'ils sont éveillés.

Par exemple, lorsqu'ils font la cour, ils sont parfois à moitié blanc et à moitié noir. Si un poulpe endormi se retrouve avec ces couleurs, cela veut-il dire qu'il rêve d'amour?

Peut-être, mais c'est trop tôt pour le dire, et ce sera le sujet d'autres études, selon Sidarta Ribeiro.

En attendant, en apprendre plus sur ce qui est commun entre nous et les poulpes, dont notre espèce a divergé il y a 500 millions d'années, peut aider à comprendre les chemins d'évolution empruntés, selon le chercheur.

Si nous observons un phénomène similaire, comme ici un cycle de sommeil comprenant une phase active puis passive, c'est sûrement dû à une évolution convergente, a-t-il expliqué, c'est-à-dire que les deux espèces ont développé les mêmes mécanismes biologiques.

Cela éclaire en retour les processus de sélection à l'oeuvre pour développer ce comportement.

Chez les mammifères, le sommeil paradoxal est un moment où la mémoire se consolide et provoque une variété de mécanismes ayant un effet réparateur sur la santé du cerveau. Selon les auteurs de l'étude, cela pourrait être le cas pour les poulpes également.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !