•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : des pharmacies peinent à répondre à la demande au N.-B.

Une personne prépare une dose de vaccin.

Au Nouveau-Brunswick, les personnes de 75 ans et plus sont admissibles au vaccin anti-COVID-19 alors que des gens de 80 ans et plus attendent toujours leur tour.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick a annoncé cette semaine que les personnes de 75 ans et plus pouvaient prendre rendez-vous pour être vaccinées contre la COVID-19, mais certaines pharmacies en sont encore aux 80 ans et plus.

Un pharmacien de Saint-Jean Ryan Kennedy affirme qu’il tente toujours d’offrir un rendez-vous aux personnes de 85 ans et plus.

Sa pharmacie Jean Coutu, dit-il, n’a pas reçu suffisamment de doses de vaccin la semaine dernière. Comme il s’attend à en recevoir deux fois plus cette semaine, il espère commencer à rattraper le retard.

La semaine prochaine, Ryan Kennedy espère recevoir un volume de doses qui lui permettra d’en offrir aussi aux personnes âgées de 75 ans et plus.

Plusieurs autres pharmacies de la province font état d’une liste de personnes admissibles et d’un manque de doses pour elles.

Les autorités provinciales déterminent la distribution

Les pharmacies n’ont aucun contrôle sur le nombre de doses qu’elles reçoivent, souligne le directeur général de l’Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick, Jake Reid. C’est la santé publique, précise-t-il, qui distribue les doses aux pharmacies.

La province n’en est qu’à la deuxième semaine de vaccination contre la COVID-19 en pharmacie et les intervenants règlent toujours les détails du système.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, assure que toutes les doses disponibles sont distribuées. Elle a fait cette déclaration jeudi, durant une conférence de presse sur la COVID-19 dans la province.

Le Nouveau-Brunswick ne peut distribuer que les doses qu’il reçoit, a expliqué la ministre Shephard. Quand il en reçoit, il les expédie dès le lendemain aux pharmacies et aux réseaux de santé, a-t-elle indiqué.

Dorothy Shephard donne une conférence presse.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, affirme que les doses de vaccin sont distribuées dès le jour qui suit leur réception (archives).

Photo : Radio-Canada

La province profite de livraisons régulières du vaccin Pfizer-BioNTech, soit 24 500 doses par semaine, a précisé Dorothy Shephard.

L’objectif est d’offrir les deux doses du vaccin à toute la population d’ici la mi-août, a ajouté la médecin hygiéniste en chef, Jennifer Russell.

Une distribution proportionnelle à la clientèle

La distribution des doses est basée sur les résultats d’un sondage effectué auprès de plus de 200 pharmacies participant au programme de vaccination contre la COVID-19, explique Jake Reid.

Chacune d’elles devait fournir le nombre de ses clients par tranche d’âge. La santé publique leur distribue un nombre proportionnel de doses.

La plupart des pharmacies participantes demandent aux gens de prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone, précise M. Reid.

Idéalement, dit-il, les personnes admissibles devraient appeler leur pharmacie habituelle pour prendre un rendez-vous, mais si cette dernière manque de doses, elles peuvent tenter leur chance en communiquant avec d’autres pharmacies.

Une dame âgée se fait vacciner contre la COVID-19.

Corrie Hudson, 88 ans, est la première Néo-Brunswickoise qui a reçu un vaccin contre la COVID-19 dans une pharmacie, des mains du pharmacien Ryan Quinn, à Fredericton.

Photo : gouvernement du Nouveau-Brunswick

Jake Reid ajoute qu'aux quatre coins de la province les pharmacies sont submergées d’appels. Il s’agit dans bien des cas de gens qui ne sont pas encore admissibles. D’autres personnes veulent savoir à quel moment elles le seront.

M. Reid demande aux gens de ne pas engorger le système téléphonique des pharmacies pour que ces dernières puissent servir les personnes admissibles.

Une pharmacie appelle elle-même sa clientèle

Le pharmacien Ryan Kennedy affirme que son personnel est submergé d’appels téléphoniques.

Contrairement à plusieurs pharmacies, la sienne joint sa clientèle habituelle par téléphone pour lui proposer un rendez-vous plutôt que d’attendre que les gens appellent.

Ryan Kennedy précise que sa pharmacie a appelé tous ses clients de 85 ans et plus pour leur proposer un rendez-vous et qu’elle appelle les autres par tranche d’âge d’un an à la fois en ordre décroissant.

S'il avait agi autrement, des personnes âgées moins bien renseignées auraient peut-être été laissées pour compte, explique-t-il. Son équipe jugeait qu’il était plus équitable d’appeler toute la clientèle admissible.

Sa pharmacie demande aux gens, sur sa page Facebook, d’être patients et de faire confiance à cette méthode.

D’autres pharmacies répondent à la demande

Les pharmacies ne manquent pas toutes de doses de vaccin.

Le pharmacien Greg MacFarlane, à Nackawic, dit être content du nombre de doses reçues, soit 30 du vaccin Moderna la semaine dernière et 120 du vaccin Pfizer-BioNTech cette semaine.

La vaccination des personnes de 85 ans et plus et de celles de 80 ans et plus progresse rondement, explique M. MacFarlane.

Il dit avoir commencé à donner des rendez-vous aux personnes de 75 ans et plus, qui sont admissibles depuis mercredi.

Puisque le Nouveau-Brunswick n’en est encore qu’à la deuxième semaine de vaccination en pharmacie, M. MacFarlane demande aux gens d’être patients et de laisser le processus évoluer. Il y a encore un long chemin à parcourir, a-t-il indiqué.

D’après un reportage de Mia Urquhart, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !