•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget du Québec laisse Valérie Plante sur sa faim

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en point de presse devant un micro.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, considère que le budget Girard ne propose pas de mesures phares pour contribuer à la relance verte et inclusive qu'amorce la métropole.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Solveig McClure Poirier
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Même si, dans son ensemble, le budget du ministre des Finances Eric Girard est accueilli favorablement par les magistrats de Montréal et de Laval, la mairesse Valérie Plante dit rester sur sa faim quant aux sommes consacrées à la relance de la région métropolitaine.

Valérie Plante a salué les investissements massifs prévus en santé et en éducation dans le budget présenté jeudi à l’Assemblée nationale. Elle s’est aussi dite satisfaite de la décision du gouvernement du Québec d’offrir aux PME une baisse d’impôts pour favoriser la relance économique.

Le tissu économique montréalais est principalement composé de PME. Nous ne pouvons que saluer cette mesure du gouvernement du Québec, qui permettra à nos entrepreneurs de souffler un petit peu, a-t-elle déclaré.

Même si elle se réjouit que 70 000 PME puissent profiter de cet allègement qui arrive au terme d’une année faite de grands défis, nous restons toutefois sur notre faim quant aux sommes consacrées à la relance de la région métropolitaine, a-t-elle souligné.

Selon elle, le budget ne propose pas de mesures phares pour contribuer à la relance verte et inclusive qu'amorce la métropole.

En matière de sécurité publique, la mairesse de Montréal a accueilli très positivement la somme de cinq millions de dollars dédiée à l’Escouade de lutte contre le trafic d'armes (ELTA) du SPVM. Cet argent nous permettra de sécuriser des secteurs de l’île qui ont souffert récemment et qui en ont besoin, a-t-elle affirmé.

Elle considère toutefois qu’en matière d’habitation, les 500 nouvelles unités de logement social prévues dans le budget Girard sont loin d’être suffisantes pour répondre aux besoins.

Selon la mairesse Plante, pour rattraper le retard d’investissement accumulé au cours des deux dernières années, il aurait fallu 1500 nouvelles unités pour Montréal seulement, a-t-elle souligné.

De bonnes nouvelles pour Laval

À Laval, le maire Marc Demers se réjouit du budget Girard. Dans ce budget axé sur la relance de l’économie et la lutte contre la COVID-19, le maire considère que les différentes initiatives annoncées pour sa ville contribueront à stimuler le développement et la croissance de la troisième ville en importance au Québec.

L’annonce du ministre des Finances concernant un investissement supplémentaire de 250 millions de dollars sur trois ans pour les logements sociaux et communautaires permettra de répondre aux besoins les plus urgents afin d’améliorer rapidement la situation des ménages déjà éprouvés par la rareté des logements disponibles et l’augmentation du coût des loyers, estime le maire.

Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval, Stéphane Boyer, a quant à lui salué l’investissement de quatre milliards de dollars de Québec pour aider les entreprises.

« L'ajout de 404 millions de dollars d'ici cinq ans pour soutenir la transition de la main-d'œuvre vers cette nouvelle économie est essentiel afin d'augmenter la diplomation pour des emplois à haute valeur ajoutée, incluant l'intégration des personnes immigrantes au marché du travail. »

— Une citation de  Stéphane Boyer, vice-président du comité exécutif, Ville de Laval

Le budget renforce la confiance du milieu des affaires

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) accueille très favorablement le budget du Québec. Le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc, a déclaré que le ministre Girard avait réussi à renforcer la confiance des citoyens et des entreprises tout en maintenant le contrôle des finances publiques sans hausser le fardeau fiscal.

Michel Leblanc a également salué les investissements prévus pour les secteurs encore vulnérables, tels que le tourisme et la culture.

Bien que la Chambre appuie la décision de poursuivre les investissements massifs dans les infrastructures, elle déplore néanmoins que le budget ne confirme pas précisément les investissements qui sont requis pour l’agrandissement du Palais des congrès de Montréal, la reconversion du Royal Victoria ou la construction de la station du REM à l’aéroport Montréal-Trudeau, a expliqué M. Leblanc.

Ces projets sont prêts à démarrer et auront une incidence majeure sur l’économie de la métropole, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...