•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget Girard fait des heureux et des malheureux dans la région

Eric Girard, masqué, s'exprimant avec une version imprimée du budget dans une main.

Le ministre des Finances, Éric Girard, a présenté jeudi le troisième budget de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Les réactions au budget Girard évoluaient selon le domaine d'activités jeudi au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, applaudit aux investissements annoncés pour le secteur forestier et pour l’innovation dans le secteur de l’aluminium. Elle retient également que les personnes vivant en situation précaire pourront bénéficier de l’ajout de 5500 logements sociaux.

Chez nous, les gens vivent de la forêt et de l'aluminium. Il y a un projet qui me tient à cœur, je souhaite de tout cœur que personne ne va commencer à se lever contre ce projet-là, c'est Elysis. C'est un projet d'innovation en matière d'aluminium et je suis contente que M. Legault ait entendu qu'on veut vraiment accorder des montants pour Elysis, pour l'aluminium, a-t-elle confié en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Du côté de la Ville de Saguenay, la mairesse, Josée Néron, entretient de bons espoirs quant à la relance post-COVID-19. Elle scrutera toutefois le budget à fond afin de réclamer toutes les sommes auxquelles la Ville a droit. C'est sûr que, comme ville et comme région, on va tenter d'aller chercher notre part du gâteau, parce qu'on s'entend, on a du beau monde ici qui en ont besoin donc on va s'assurer d'aller chercher ce qui nous revient, a-t-elle signalé.

Un budget de relance, dit la CCISF

Concernant la région, certaines industries importantes sont soutenues, notamment dans l'aluminium et la forêt, ce qu'apprécie le vice-président jeunesse à la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF), Simon McNicoll. C'est un budget de relance. On était contents de voir les sommes investies dans l'économie. On espère que nos membres pourront profiter de tout l'argent qui est mis sur la table, tout autant dans le Plan québécois des infrastructures ou dans les divers programmes qui ont été soumis par le gouvernement. Pour la région, il y a des beaux secteurs, entre autres le génie civil avec des infrastructures, aussi la foresterie qui est tenue en compte dans le budget pour les régions. Donc, on est contents, c'est des industries importantes pour nous, s'est-il réjoui.

De l’aide au transport par autocar

Le président du Groupe Intercar, Hugo Gilbert, est satisfait de l’aide de 20 millions de dollars accordée pour le transport interurbain par autocar.

Avant la pandémie, l'entreprise Intercar assurait 30 liaisons par jour sur les 6 circuits dans la région et sur la Côte-Nord. Le service est réduit considérablement, mais Hugo Gilbert est d’avis que cette aide du gouvernement permettra aux transporteurs de souffler un peu.

On relance la Côte-Nord, on a maintenant le Lac-Saint-Jean qui est relancé d'Alma vers Québec, on a entre Québec et Chicoutimi qui opère, mais je ne vous cacherai pas que l'achalandage n’est pas au rendez-vous, reconnaît-il. Les gens ne sont pas prêts à voyager. Ça se comprend, au niveau des affaires, on est beaucoup par ZOOM encore et par vidéoconférence, et les familles, on était en zone rouge à Québec encore tout récemment, donc les gens ne sont pas incités à voyager. C'est une relance qui va être longue.  

Gaudreault voit plus vert

Quant au seul député de l'opposition dans la région, Sylvain Gaudreault, il aurait aimé voir un peu plus d'audace dans le budget. C'est un budget au fond, assez classique, alors qu'on est dans une situation qui n'est pas classique. Ça aurait été une occasion de faire une vraie relance économique, verte, durable, avec des investissements forts dans des infrastructures vertes, dans l'assainissement des eaux, par exemple, le traitement des eaux usées, dans le verdissement des villes, dans le transport collectif, a énuméré le député péquiste de Jonquière.

Quant aux sommes qui vont à l'industrie de l'aluminium, Sylvain Gaudreault attend plus de détails de la part du ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon. Il espère une hausse de production pour assurer plus d'emplois dans la région, plutôt qu'une production stable avec une baisse d'employés causée par une meilleure technologie.

La CSN sera aux aguets

Après les importants investissements dans le domaine de la santé annoncés jeudi lors du dépôt du budget par le gouvernement caquiste, la CSN espère voir une amélioration des conditions de travail. La présidente régionale de la CSN, Manon Tremblay, espère aussi qu'une convention collective sera finalement adoptée. Je m'attends de leur part qu'il y ait vraiment des belles conditions de travail et une convention collective signée pour l'ensemble du secteur public. Ils ont parlé également des aînés, des résidences pour personnes âgées, alors moi, c'est sûr que je vais suivre ça de près. Nos aînés ont été vraiment beaucoup touchés par cette crise sanitaire là, alors l'argent injecté c'est sûr que, pour moi, ça va être important pour l'ensemble des travailleuses et des travailleurs qui travaillent dans les résidences privées, a analysé Mme Tremblay.

Une femme pose dans un corridor d'hôtel.

La présidente régionale de la CSN, Manon Tremblay, espère de meilleures conditions pour les travailleurs de la santé.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Le SFPQ déçu

Malgré les différents investissements annoncés au Québec jeudi, lors du dépôt du budget, la fonction publique se sent oubliée. Les conditions de travail sont négligées, ce qui fait que trop de personnes quittent leur emploi, selon le président régional du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), Jimmy Tremblay. Il manque 10 000 employés dans la fonction publique présentement et puis il n'y a pas rien encore pour accélérer l'embauche, puis améliorer les conditions de travail pour attirer, et même faire de la rétention. On a beaucoup de gens qui s'en vont de la fonction publique pour aller au privé ou dans d'autres choses dans leur carrière, a-t-il déploré.

Les sans-emploi oubliés, selon L.A.S.T.U.S.E.

Avec l'annonce du premier budget depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses priorités ont été annoncées, notamment les soins de santé et l'éducation. Certaines personnes restent toutefois dans une situation précaire, comme les personnes assistées sociales, qui ne trouvent rien pour elles dans ce budget, selon Sylvain Bergeron, le coordonnateur de L.A.S.T.U.S.E., un organisme de défense des droits des personnes sans emploi.

Le point saillant par rapport à notre mission de travail, c'est que, encore une fois, on a oublié la seule catégorie de personnes qui n'a pas été aidée pendant la pandémie, c'est-à-dire les personnes assistées sociales, rien pour les aider, la seule chose, c'est qu'on les indexe annuellement, et puis c'est tout. Comment ça les touche? Il y a des dépenses qui ont augmenté, les loyers augmentent, l'épicerie augmente, mais on ne les a pas aidés, eux ils restent avec un petit 700 piasses et doivent acheter des masques et tout, s'est-il désolé.

Avec Titouan Bussiere

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !