•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Concours Hockeyville : la candidature d'Elsipogtog attire l'attention

À l'enjeu, un prix de 250 000 $ pour rénover l'aréna de la seule candidature autochtone du concours.

Deux jeunes femmes sourient devant un édifice, l'index pointant vers le ciel, pour indiquer numéro un.

Jamie Carpenter et Kylie Francis font la promotion du concours Kraft Hockeyville pour leur communauté, Elsipogtog.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

François Le Blanc

La Première Nation d'Elsipogtog, au Nouveau-Brunswick, est fébrile depuis une semaine.

La communauté autochtone est l'une des quatre finalistes pour remporter le concours Kraft Hockeyville et, entre autres, 250 000 $. Une somme qui serait très utile pour rénover l'aréna endommagé par un incendie en septembre dernier.

Nous étions très excitées d'apprendre cette nouvelle, lance Jaime Carpenter, une des membres du comité qui mène la candidature d'Elsipogtog. Nous sommes la seule Première Nation à s'être rendue si loin dans le concours.

Panneau avec inscription en anglais, incitant les gens à voter pour Elsipogtog les 9 et 10 avril.

Pour gagner le concours Kraft Hockeyville, le vote de la population est très important.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Le Centre récréatif Chief Young Eagle, construit en 1979, est au coeur de la communauté. L'endroit était utilisé pendant toute l'année : pour le hockey sur glace, le hockey-balle, les fêtes, les entraînements de toutes sortes.

En faisant les réparations, souligne Kylie Francis, une autre membre du comité, la communauté pourra relancer les programmes destinés aux jeunes. C'est très important de garder les jeunes actifs, tout comme les plus vieux.

Structure endommagée après le feu.

Le Centre récréatif Chief Young Eagle, de la communauté autochtone d'Elsipogtog, au Nouveau-Brunswick, a été endommagé par un incendie en septembre.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Le projet de restauration du Centre récréatif Chief Young Eagles est en compétition contre Saint-Adolphe (Manitoba), Lumsden (Saskatchewan) et Bobcaygeon (Ontario).

Le gagnant sera déterminé par un vote populaire qui se déroulera les 9 et 10 avril prochains.

Le comité local est très actif et travaille dur en coulisse. Déjà, des affiches ont poussé un peu partout. Non seulement dans la communauté micmaque, mais aussi dans les villes et villages de la région.

Femme aux cheveux courts qui sourit en entrevue.

Becky Lynds, présidente du hockey mineur de Kent-Centre, dit que ses enfants ont donné leurs premiers coups de patin au Centre Chief Young Eagle d'Elsipogtog.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

La présidente du hockey mineur de Kent-Centre, Becky Lynds, est heureuse qu'Elsipogtog soit parmi les finalistes de ce concours national.

Absolument! Nous allons tout faire pour les aider à gagner!

Une citation de :Becky Lynds, président du hockey mineur de Kent-Centre

Mme Lynds estime que c'est tout à fait normal. C'est le retour du balancier, le fameux cercle de la vie.

Car, en 2010, l'Aréna J.-Charles Daigle, de Richibucto, est tombé sous la proie des flammes.

Le feu n'était pas encore éteint, se souvient-elle, que déjà, on recevait une offre d'aide de leur part, ce qui a sauvé la saison de hockey. Le hockey mineur de Kent-Nord a utilisé le Centre Chief Young Eagles pendant 9 ans.

Une occasion de guérir après un dur coup

Kylie Francis prend à coeur ce projet de rénovation. La jeune femme, âgée de 20 ans, est celle qui a lancé l'alerte d'incendie.

Un aréna.

L'aréna Chief Young Eagle de la communauté autochtone d'Elsipogtog, au Nouveau-Brunswick, a été endommagé par un incendie en septembre.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Elle se présentait au travail, à l'aréna.

En ouvrant la porte, j'ai été accueillie par de la fumée, raconte-t-elle. L'étudiante en loisirs était loin de se douter que l'incendie ravagerait l'intérieur de l'édifice et que, six mois plus tard, le centre serait encore inutilisable.

À l'intérieur, on peut voir un ordinateur et une imprimante endommagés en raison de la forte chaleur. Des morceaux de vitres éclatés attendent d'être ramassés. Des formulaires d'inscription, à moitié brûlés, gisent sur une table.

Panneau routier avec l'inscription Elsipogtog et une flèche vers la droite.

Elsipogtog est l'une des plus importantes communautés autochtones du Canada Atlantique.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

La campagne de séduction bat son plein et dépasse les frontières du Nouveau-Brunswick. Jaime Carpenter dit avoir reçu des messages de soutien de plusieurs autres communautés autochtones au Canada.

C'est agréable de voir que les Premières Nations du Canada sont derrière Elsipogtog.

Une citation de :Jaime Carpenter, du comité menant la candidature pour le concours

La page Facebook de Hockeyville Elsipogtog est très active. Les photos d'enfants démontrent la fierté de la communauté envers leur aréna. On a voulu personnaliser cette quête vers le sommet.

C'est aussi l'occasion de rassembler tout le monde en partageant des souvenirs simples, mais précieux.

Elsipogtog deviendrait la première collectivité autochtone à gagner Hockeyville. Et ça deviendrait un souvenir que toute la communauté chérirait.

En plus des 250 000 $ en bourse, la Ligue nationale de hockey tiendrait un match hors-concours dans la région.

Renous, au Nouveau-Brunswick, a remporté le concours en 2019. Le match entre les Canadiens de Montréal et les Panthers de la Floride s'était déroulé à Bathurst.

Twilingate, à Terre-Neuve-et-Labrador, a gagné en 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !