•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des spectacles Room Service sans artistes francophones à Ottawa

L’absence d’artistes francophones dans la série Room Service, lancée par le Bluesfest et Tourisme Ottawa, fait réagir.

Une télévision au pied d'un lit où l'on peut voir la mention « FR? » accompagnée de symboles représentant différentes communautés francophones du Canada.

Les spectacles de la série « Room Service » seront diffusés gratuitement sur les écrans dans les chambres des hôtels ottaviens participants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Room Service proposera au public de se prélasser dans une chambre d’hôtel à Ottawa en regardant la diffusion de spectacles de musiciens, dont Tim Hicks et Walk Off The Earth, ou d’humoristes comme Gerry Dee et Jeremy Hotz. Or, la série de rendez-vous du mois d’avril lancée par le Bluesfest et Tourisme Ottawa n’inclut aucun artiste francophone.

Chaque soirée de la série Room Service, qui se déclinera du 9 au 30 avril, offrira gratuitement trois prestations différentes diffusées en circuit fermé. En réservant une nuit à l’hôtel, les clients auront ainsi un accès exclusif à trois heures de divertissement, suivies d’une période d’échange avec les artistes de la soirée, à qui ils pourront poser des questions par le biais d’une plateforme web interactive.

L’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), qui veille à la promotion des artistes franco-canadiens, se désole de ne pas avoir été mise au parfum du projet. On n’a même pas eu la chance de pouvoir soumettre ou proposer des spectacles , déplore le directeur général, Thomas Kriner. On se pose la question comment la programmation a été montée.

Ce serait bien que ce soit représentatif de la ville d’Ottawa, de ce qu’on essaie de projeter aussi comme image de marque. Parce que finalement, ''Ottawa bilingue'', c’est une image de marque... Ottawa n’est pas une ville officiellement bilingue [...] C’est dommage qu’il y ait un manque à ce niveau-là.

Une citation de :Thomas Kriner, directeur général de l’APCM

Ce dernier fait état d’un débat perpétuel pour positionner la francophonie canadienne - surtout les artistes établis hors Québec - sur les scènes d’événements à grand déploiement. Plus encore, il évoque une ignorance de la part des programmateurs qui, à son avis, ne connaissent pas assez l’industrie musicale francophone du pays pour avoir le réflexe d’assurer une représentativité bilingue.

M. Kriner reconnaît néanmoins que le Bluesfest fait un effort conscient, depuis quelques années, en lançant des appels aux artistes francophones pour les inclure dans ses programmations estivales. Il pardonne ainsi plus facilement la maladresse d’une série en circuit fermé comme Room Service, probablement déployée sur le tard, selon lui.

En ce moment, c'est excessivement compliqué de mettre en place une programmation, de produire un événement. [...] C’est juste que Tourisme Ottawa devrait aussi avoir un rôle de garde-fou en disant : '' Dans ta programmation, il manque un peu de francophones '' , nuance le directeur général de l’APCM.

Artistes francophones : des offres, mais pas de preneurs

La vice-présidente du développement de la destination pour Tourisme Ottawa, Catherine Callary, fait pour sa part valoir que le mandat d’attribuer les contrats aux artistes revenait à l’équipe du Bluesfest. Mme Callary assure qu’il y a eu des discussions entre les deux organisations en ce qui a trait à la présence de têtes d’affiche francophones dans la série, un élément très important pour les deux parties, selon elle.

Le Bluesfest a fait plusieurs offres aux artistes francophones qui ne pouvaient, pour diverses raisons, participer. On travaillait avec un très court [délai] pour lancer ce programme très ambitieux. Ça pouvait peut-être jouer un rôle dans certains cas , indique-t-elle.

Notre collaborateur a fait ce qu’il pouvait pour apporter (sic) des artistes variés, pas seulement du côté francophone, mais aussi, on a plus de la moitié des artistes qui sont des femmes, des artistes aussi d’une diversité et inclusion, qui sont très importantes.

Une citation de :Catherine Callary, vice-présidente du développement de la destination pour Tourisme Ottawa

Les têtes d’affiche de la programmation feront des prestations, préenregistrées ou en direct, depuis leur coin de pays.

Quelques rendez-vous de la série Room Service :

9 avril : Les Terre-Neuviens Alan Doyle (Great Big Sea) et le duo Fortunate Ones, ainsi que la violoniste néo-écossaise Natalie MacMaster avec son conjoint Donnell Leahy

10 avril : le rockeur Myles Goodwyn, suivi des artistes country Tim Hicks et Lindsay Ell

17 avril : soirée d’humour avec Gerry Dee, Jeremy Hotz et Kyle Brownrigg

24 avril : Walk Off The Earth, le soul new-yorkais de Fousheé et la chanteuse d’origine afro-colombienne Lido Pimienta

30 avril : le musicien Colin James, de Regina, le multi-instrumentiste américain Booker T. Jones (Booker T. & the M.G.'s) et le guitariste et chanteur Christone Ingram, alias Kingfish

Pour Tourisme Ottawa, le concept en formule vacances à la maison a pour objectif d’accroître l’achalandage dans les hôtels, en plus de divertir les Ottaviens alors que la ville demeure en zone rouge.

Une vingtaine d’hôtels d’Ottawa, incluant le Château Laurier, le Germain et le Westin, ont été ciblés par les équipes du Bluesfest et de Tourisme Ottawa pour mettre leur projet de l'avant.

Un pendant en Outaouais?

Du côté de Gatineau, aucune initiative du genre n’est dans les cartons pour le moment. Tourisme Outaouais et la Maison de la culture de Gatineau, par le biais de son StudiOdyssée, se disent toutefois ouverts à une éventuelle collaboration du genre.

Si un promoteur d’ici nous proposait une idée pour aider les hôtels dans la relance, on serait vraiment ouverts à faciliter et à appuyer ce genre d’initiative du milieu, a répondu la conseillère en communications et relations publiques de Tourisme Outaouais, Stéphanie Trottier, dans un courriel.

Avec la collaboration de Kevin Sweet et Valérie Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !