•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue espère éviter une 3e vague

Le centre-ville de Malartic.

Le centre-ville de Malartic, au coeur d'une éclosion de COVID-19. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Alors qu’une hausse des cas est constatée au Québec et en Abitibi-Témiscamingue, la Santé publique régionale espère arriver à éviter une troisième vague.

La situation dans la région demeure précaire, indique la Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique. Depuis la fin du mois de février, la moyenne du nombre de cas actifs au-dessus de 30 rappelle-t-elle.

Au cours de la dernière semaine, le nombre de nouveaux cas a augmenté de 50 %. En effet, 31 cas se sont ajoutés au cours des 7 derniers jours, contre une quinzaine la semaine dernière.

Depuis le début de la pandémie, 49 éclosions ont été recensées dans la région, dont 4 sont toujours actives.

Des mesures plus restrictives

Afin d’éviter une troisième vague, de nouvelles mesures ont été mises en place, notamment de nouveaux critères en milieu scolaire. Les classes sont notamment placées en isolement plus rapidement qu’auparavant.

Déjà, à l’école, il y a de nouvelles mesures qui sont en place, même chose pour l’autobus scolaire, on a des critères plus sévères qu’on utilise si on sait que la personne a utilisé le transport scolaire. Même chose pour le service de garde, on est plus stricts, indique la Dre Sobanjo.

La Santé publique considère aussi d’imposer le masque de procédure en tout temps dans les milieux de travail, même lorsque la distanciation de deux mètres est possible.

Éclosions actives

Alors que la Santé publique a annoncé jeudi matin qu’un cas avait été déclaré sur le territoire du Témiscamingue, elle indique que d’autres cas pourraient s’ajouter aux données demain. Une enquête épidémiologique concernant une éclosion au Témiscamingue est en cours.

La clinique de dépistage de la COVID-19 à l'hôpital de Ville-Marie au Témiscamingue.

La clinique de dépistage de la COVID-19 à l'hôpital de Ville-Marie au Témiscamingue (archives)

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Quant à l’école des Explorateurs de Malartic, la Santé publique ne sait toujours pas d’où exactement viennent les cas, mais l'éclosion a commencé à l’école et se transmet maintenant dans la communauté. La Santé publique indique ne pas pouvoir déployer un site de vaccination à Malartic pour le moment, mais travailler en collaboration avec la municipalité pour trouver des solutions.

Aux Jardins du patrimoine d’Amos, deux cas sont toujours actifs, les autres étant tous rétablis.

Vaccination

La vaccination va bon train dans la région, notamment avec l’ouverture des deux dernières cliniques de vaccination à Val-d’Or et Senneterre. 17 255 personnes ont déjà reçu leur première dose, soit 12 % de la population de l’Abitibi-Témiscamingue.

Les personnes de 65 ans et plus peuvent déjà prendre rendez-vous pour recevoir la première dose du vaccin. Les personnes qui se présentent dans les cliniques de vaccination sans avoir pris de rendez-vous ne seront pas vaccinées, puisque les rendez-vous sont planifiés en fonction des doses reçues. Il est possible de prendre rendez-vous via la plateforme web Clic-Santé ou en contactant le 1-877-644-4545 si on n’a pas accès à Internet.

Les travailleurs de la santé œuvrant dans les installations du CISSS peuvent également prendre-rendez-vous. Ceux qui œuvrent dans les entreprises externes recevront des nouvelles au cours de la semaine prochaine.

Les personnes qui ont déjà reçu leur première dose seront contactées bientôt pour la prise de rendez-vous de leur deuxième dose. Il est donc inutile de contacter le 1-877-644-4545 pour prendre rendez-vous, puisque ce sont des téléphonistes différents qui vous contacteront.

Assouplissements en vigueur vendredi

Tel qu’annoncé par le gouvernement du Québec il y a quelques semaines, certains assouplissements s’appliqueront en zone orange dès ce vendredi 26 mars, dont la possibilité pour 12 personnes de faire une activité extérieure dans un lieu public, tout en respectant la distanciation physique et le port du masque.

Certaines activités parascolaires et pédagogiques pourront également reprendre dès vendredi, tout en respectant les mesures sanitaires.

Il est toutefois toujours interdit de se rassembler à l’intérieur ou dans une cour privée, rappelle le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !