•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin d’AstraZeneca : aucun effet indésirable signalé au Canada

Une infirmière remplit une seringue de vaccin.

Plusieurs pays européens qui avaient suspendu l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca l'ont reprise après l'avis favorable de l'Agence européenne des médicaments à la mi-mars.

Photo : Reuters / MARKO DJURICA

Laurianne Croteau

Santé Canada n’a reçu aucun signalement d’effet indésirable lié aux plus de 300 000 doses de la version Covishield du vaccin d’AstraZeneca administrées jusqu’à présent au pays. Malgré l’inquiétude en Europe et la méfiance des États-Unis, les autorités sanitaires du pays se font rassurantes.

Depuis l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca, au début du mois, seuls trois cas d'événements thromboemboliques ont été signalés au Canada.

Aucun cas n’est apparenté aux cas d'effets indésirables rares mentionnés dans la mise à jour l'étiquetage du produit, soit des effets thromboemboliques associés à une diminution des plaquettes, a expliqué le directeur du Bureau des sciences médicales à Santé Canada, Marc Berthiaume.

Il n'y a pas de lien qui a été établi entre les cas actuellement observés au Canada et le vaccin d'AstraZeneca, a tranché le Dr Berthiaume.

Santé Canada a modifié mercredi ses directives destinées aux professionnels de la santé qui administrent le vaccin. Ceux-ci doivent dorénavant informer les personnes qui le reçoivent de surveiller certains symptômes, dont des signes d'essoufflement, de la douleur à la poitrine ou des maux de tête graves.

Des cas de caillots sanguins inhabituels, 25 ont été rapportés au Royaume-Uni et en Europe, après l'administration de plus de 20 millions de doses de ce vaccin. Mais ces cas sont extrêmement rares, selon le Dr Berthiaume.

Des effets thromboemboliques peuvent survenir de façon spontanée dans la population. Les données actuelles démontrent que ces événements surviennent à un taux plus bas que dans la population qui est exposée au vaccin d'AstraZeneca, explique-t-il.

Il a ajouté que Santé Canada est au courant qu’un groupe de chercheurs européens a indiqué avoir identifié une cause possible de ces événements rares, mais qu’ils attendent que les données probantes soient publiées pour les examiner.

L’Europe recommence à utiliser le vaccin controversé

Plusieurs pays européens ont suspendu l’utilisation de lots de vaccins d’AstraZeneca après avoir reçu des signalements de cas de caillots sanguins chez des personnes qui l’ont reçu. C’est l'Autriche qui avait lancé le mouvement le 8 mars, après le décès d'une infirmière deux semaines après l’inoculation.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a toutefois conclu la semaine dernière que les avantages du vaccin d'AstraZeneca l'emportent toujours sur les risques d'effets secondaires, au terme d’une analyse de son comité d’experts.

À l’instar de Santé Canada, l'EMA a noté que le nombre d’événements thromboemboliques signalés après la vaccination est plus bas que ce qui est attendu dans la population générale.

Après la Finlande et l’Islande mercredi, c’est au tour de la Suède de recommencer à vacciner sa population avec le vaccin d'AstraZeneca jeudi. En revanche, le Danemark prolonge sa suspension de trois semaines afin de s'accorder plus de temps pour exclure entièrement un lien entre les quelques cas connus de caillots sanguins rares mais graves et la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca.

Les États-Unis sur ses gardes

Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) n'a toujours pas approuvé le produit. Le régulateur a critiqué mardi les données potentiellement obsolètes offertes par le fabricant sur son vaccin contre la COVID-19, annoncé efficace à 79 % pour la prévention des cas symptomatiques.

Le laboratoire a finalement conclu qu’il est efficace à 76 % contre les cas symptomatiques, après une mise à jour de ses données issues d'un essai clinique mené aux États-Unis, au Pérou et au Chili.

Autres événements indésirables au Canada

Au total, 2530 événements indésirables associés à la vaccination (EIAV), tous produits confondus, ont été signalés à Santé Canada. L’agence précise ce chiffre comprend les événements médicaux indésirables qui surviennent après la vaccination, mais qui ne sont pas forcément liés au vaccin ou au processus de vaccination.

Parmi ceux-ci, 320 cas d'événements médicaux indésirables graves, comme une réaction allergique sévère, ont été observés chez des personnes qui ont reçu un vaccin contre la COVID-19 depuis le début de la campagne de vaccination. C'est 1 cas sur 12 000 doses administrées.

Tous les effets secondaires font l’objet d’un examen et, s’ils sont graves, une enquête approfondie est effectuée pour déterminer s’ils sont attribuables ou non à l’utilisation du vaccin, a affirmé le sous-administrateur en chef de la Santé publique, Howard Njoo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !