•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les temps sont durs pour l’industrie du mariage au Québec

Deux mains de mariés dont l'une échange une bague à l'autre.

L'année 2020 a été difficile pour l'industrie du mariage au Québec.

Photo : Shutterstock / KirylV

Radio-Canada

Un mariage sur deux a été annulé au Québec en 2020 selon une étude de la compagnie d’assurance Hellosafe, qui évalue les pertes à près de 257 millions de dollars pour le secteur. Les restrictions sanitaires et la crainte de la COVID-19 ne sont pas de meilleur augure pour 2021.

L’organisation d’un mariage est déjà tout un casse-tête, mais le faire en pleine pandémie l’est encore plus. C’est pourquoi Cynthia Gauthier a décidé de reporter son mariage en 2022.

On était un peu tristes, même fâchés , a-t-elle raconté. On avait beaucoup de travail fait : les préparatifs, la décoration étaient préparés et tout.

L’annulation de leur mariage est un coup émotif pour les couples qui doivent recommencer presque du début.

Les impacts de ces changements sont aussi monétaires : certains ont dû annuler des réservations et ont donc perdu leurs dépôts qui valent des milliers de dollars.

Pour l’industrie, les impacts de la pandémie sont énormes. Les salles de réception sont vides, les traiteurs n’ont pas de bouches à nourrir et les entreprises de coordination sont en attente.

L’organisatrice de mariages Valérie Bigras a dû reporter 18 mariages à 2021, qui devront probablement encore être reportés à 2022. C’est une grosse perte parce que ces mariages-là, ce ne sont pas de nouveaux mariages que l’on peut reprendre, ce sont des mariages repoussés.

Chez Espace Shawinigan, où on loue des salles de réception, l’impact a été majeur. En 2019, j’avais 77 événements au total, comparativement à 2020 où j’en ai eu 14 , a recensé Josianne Gravel, coordonnatrice des réservations et locations.

Les réservations à Espace Shawinigan pour 2022 se font toujours attendre. On prévoit un retour à la normale en 2023.

Avec les informations de Gabriel Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !