•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les commissions des applications de livraison de repas temporairement plafonnées

Un comptoir de restaurant, sur lequel un petit écriteau indique que les employés de Uber et Door Dash doivent prendre les commandes ici.

Les applications de livraison, comme Uber Eats ou DoorDash, doivent baisser leurs commissions sur les commande de repas jusqu'au 30 avril en Saskatchewan. (archives)

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé mercredi que les commissions  perçues chez les restaurateurs par les promoteurs des applications de livraison de repas, comme Uber Eats ou DoorDash, seront plafonnées de façon temporaire jusqu’au 30 avril prochain.

Les restaurateurs de la province demandaient cette limite des commissions prises par les applications depuis plusieurs mois. Quelques-uns ont même dû mettre la clé sous la porte par manque de rentabilité, comme le restaurant Gud Eats au centre-ville de Regina.

L’opposition officielle demandait un plafonnement des commissions à 15 % du prix payé par le consommateur, au lieu des 25 % à 30 % que les restaurateurs avaient l'habitude de payer.

À présent, les frais seront limités à 18 % si le client utilise le service de livraison et à 10 % si le client opte pour une commande à emporter. Le plafonnement sera seulement imposé aux applications qui desservent plus de 50 restaurants en Saskatchewan.

Le président-directeur général de l'Association des hôteliers de la Saskatchewan, Jim Bence, a réagi à la nouvelle en se disant ravi de la nouvelle mesure pour les restaurateurs locaux.

Jusqu'à maintenant, la province avait seulement instauré un programme d’aide financière permettant aux entreprises de récupérer 50 % des commissions des applications pendant 6 mois, jusqu'à 6000 $.

Le plafonnement des commissions des applications est une mesure qui a déjà été prise dans d’autres provinces canadiennes, notamment en Colombie-Britannique et en Ontario.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !