•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La technologie des NFT : l'art de révolutionner les oeuvres numériques

Les plateformes de vente numérique démocratisent le monde de l'art crypto, s'enthousiasment des créateurs.

Un bonhomme pixelisé avec un pinceau.

Les plateformes NFT sont « une sorte de véhicule pour différents types de formes d'art », explique l’artiste Nicolas Sassoon.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Camille Vernet

La vente d’art numérique à des prix records grâce aux technologies de chaînes de blocs (blockchain, en anglais) gagne en popularité. Selon les créateurs, ces nouvelles plateformes de vente sont révolutionnaires pour le monde de l’art et permettent une plus grande solidarité entre artistes.

Qu'est-ce que l’art NFT?

D’un côté, il y a la technologie des jetons non fongibles, appelés non-fungible tokens en anglais, ou NFT, qui fonctionne comme une cryptomonnaie.

D'autre part, il y a l’art, qui peut se manifester sous différentes formes. Il peut s'agir d'images fixes, d'art vidéo, d'animation, de modèles 3D, de modèles en réalité augmentée, de bande sonore, explique l’artiste de Vancouver Nicolas Sassoon.

Un collage photographique de 5000 différentes images ou animations.

L'art et la technologie convergent lors de la vente de ces œuvres numériques, car le NFT créé par les chaînes de blocs est unique et sert de certificat d’authenticité, que l’on appelle aussi un contrat intelligent .

Ce contrat peut intégrer le nom de l'auteur, la date de création, mais aussi des informations sur la vente de l'œuvre, comme l’identité de l’acheteur et le prix d'achat. Les artistes peuvent donc authentifier en mode édition unique leurs créations.

Une révolution pour la vente d’art numérique

L’artiste Nicolas Sassoon a toujours été fasciné par l'esthétique des débuts de l'ère informatique. Lorsqu'il a commencé à publier son art sur Internet en 2008, il n’avait que très peu d'espoir quant à la possibilité de les vendre.

Les œuvres digitales ou les animations que je produis généralement, qui constituent au moins 75 % de ma pratique en général, ne sont pas des œuvres faciles à vendre à travers une galerie, affirme le créateur de GIF.

GIF animé.

Depuis son arrivée à Vancouver, l’artiste Nicolas Sassoon travaille principalement sur l'animation de GIF, comme celui-ci, en vente sur la plateforme Super Rare.

Photo : SuperRare / Nicolas Sassoon

Aujourd’hui, grâce aux jetons non fongibles, Nicolas Sassoon a vendu une dizaine d'œuvres numériques en un mois, contre quatre en huit ans par l'intermédiaire d’une galerie.

Il tente de mieux comprendre le phénomène et d'en mesurer l'ampleur.

C’est un nouvel espace qui est assez révolutionnaire dans ma façon de penser mon art, de penser les revenus que je peux générer par rapport à mon art.

Une citation de :Nicolas Sassoon, artiste

Autre avantage que proposent les NFT : lors d'une revente, la technologie permet à l’artiste de toucher 10% du prix de vente.

Une grande solidarité entre créateurs

Pendant son temps libre, Mauricio Pommella crée des bandes dessinées ainsi que des animations, qu’il met en vente sur les plateformes de jetons non fongibles. Je pense que cela va changer la donne pour les artistes, se réjouit-il.

Cela démocratise l’art, dans le sens où les artistes peuvent faire des revenus supplémentaires, notamment pendant la pandémie.

Une citation de :Mauricio Pommella, concepteur de produits numériques et artiste
Mauricio Pommella dessine sur une tablette.

Après deux années sans grand succès, Mauricio Pommella a vendu 20 œuvres NFT en 2020.

Photo : Pamela Arevalo

L’expérience est celle d’un marathon pour l’artiste : C'est comme un deuxième emploi, on doit faire sa promotion, sinon on est enterré par la quantité d’art disponible. C’est tout de même une très belle communauté, où des artistes se soutiennent, selon le dessinateur.

L'aspect social de ces plateformes est également important pour Nicolas Sassoon, qui investit environ 30 % de ses revenus dans l'achat d'œuvres d'autres artistes.

J'ai découvert en un mois un espace où il y a beaucoup de solidarité. Il y a beaucoup d'entraide. Il y a une culture de redistribution des richesses.

Une citation de :Nicolas Sassoon, artiste

Des critiques divisées sur son effet sur l’environnement

Les cryptomonnaies, comme l'Ethereum, qui est la plus courante dans le monde de l’art, créent des transactions très énergivores. La popularité récente de l'art de jetons non fongibles, qui n’est qu’une partie de ces transactions, a mis en lumière le débat sur les coûts environnementaux.

Avant d’accepter de publier ses œuvres sur les NFT, Nicolas Sassoon a d'ailleurs fait beaucoup de recherches sur le sujet.

Il s'est rendu compte que l'empreinte écologique de certaines expositions ou événements était bien plus importante que celle d'une transaction sur les chaînes de blocs. Il y a énormément d'aspects qui sont extrêmement néfastes au niveau écologique dans le monde de l'art contemporain, dit-il.

Lorsqu'on regarde les chiffres, l'art NFT représente une partie tellement infime de ce qu'on peut appeler l'impact écologique. Selon moi, c'est un faux problème.

Une citation de :Nicolas Sassoon, artiste

Cette technologie récente évoluera et s'améliorera, prédit Mauricio Pommella. Pensez-y, comme lorsque l’Internet a débuté en 1995, 1994, cette technologie devient tout juste populaire. C’est une technologie qui est là pour de bon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !