•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 15 ans, Connor Bedard se distingue dans la WHL : « Surpris, mais pas surpris »

Connor Bedard, en échappée, déjoue le gardien des Broncos de Swift Current.

S'il maintient le rythme, Connor Bedard récoltera 40 points lors de cette saison écourtée de 24 matchs.

Photo : Keith Hershmiller Photography

À 15 ans, Connor Bedard amasse en moyenne 1,6 point par match à ses débuts dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL), un circuit dont la moyenne d’âge des joueurs est d’un peu plus de 18 ans. Les succès hâtifs du premier joueur de la WHL à recevoir le statut d’exceptionnel sont-ils surprenants?

Oui, je suis un peu surpris, mais d’un autre côté, je ne suis pas surpris!, répond Brent Parker, recruteur à l’agence ISS Hockey, qui a jadis été directeur général des Pats de Regina pendant plus d’une décennie.

L’homme de hockey, qui épie Connor Bedard depuis déjà quelques années, poursuit sa réflexion. Il est un joueur exceptionnel, très complet. Il a une excellente compréhension du jeu et de l’espace autour de lui. Il est aussi très mature pour son âge.

Dans le monde du hockey junior, les premiers pas de Connor Bedard étaient fort attendus. Les recruteurs et les amateurs de hockey avaient hâte de voir comment cet adolescent de 15 ans, aux mensurations de 5 pieds 9 pouces (1 m 75) et 165 lbs (73 kg), allait se débrouiller dans une ligue où il concède quelques pouces et quelques livres à des rivaux âgés de 16 à 20 ans.

Statistiques des joueurs exceptionnels du hockey junior canadien (après 5 matchs) :

  • John Tavares : 7 points
  • Aaron Ekblad : 0 point
  • Connor McDavid : 6 points
  • Sean Day : 3 points
  • Joe Veleno : 3 points
  • Shane Wright : 3 points
  • Connor Bedard : 8 points

D’ailleurs, Brent Parker espère que les amateurs de hockey vont simplement apprécier les prouesses de la nouvelle vedette des Pats de Regina plutôt que de lui fixer des attentes démesurées.

Quand il a marqué deux buts à son premier match, j’avais peur que cela crée des attentes démesurées. Son équipe et son entourage vont devoir bien l’entourer pour ne pas lui mettre trop de pression sur les épaules. Il n’est pas nécessaire de faire de lui la tête d’affiche de son organisation dès maintenant. Il remplira ce rôle par défaut.

Connor Bedard en train de marquer un but.

Sur cette séquence, Connor Bedard a déjoué le cerbère des Raiders de Prince Albert avec un tir précis dans la lucarne.

Photo : Keith Hershmiller Photography

Un séjour bénéfique en Suède

Selon Brent Parker, un facteur peut avantager la jeune sensation originaire de la Colombie-Britannique : La grande majorité des joueurs n’ont pas joué un seul match en un an. Connor a eu la chance de s’entraîner et de jouer en Suède [avec les clubs U18 et U20 du HV71]. Il a pu apprendre un peu comment jouer contre des hommes pour ses débuts dans la WHL.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette expérience dans ce pays scandinave semble l’avoir aidé à commencer sa saison en lion dans la bulle réginoise, qui accueille les cinq équipes de la Saskatchewan et les deux formations du Manitoba pour une saison de 24 matchs.

Étant donné que le nombre de recruteurs est limité dans la bulle, Brent Parker est contraint de regarder les matchs à la maison sur son ordinateur. Il convient qu’il ne peut pas tout voir comme s’il était sur place, mais cela est suffisant pour observer un autre détail qui avantage peut-être le surdoué attaquant droitier.

Ses rivaux ne le diront peut-être pas, mais ils sont prudents avec lui. On dirait qu’ils ne veulent pas être trop durs envers lui, mais cela risque de changer. Ses adversaires qui doivent le surveiller savent que Connor Bedard attire les dépisteurs, ils veulent eux aussi bien paraître, alors ils seront plus physiques à son égard et lui laisseront moins d’espace.

Une équipe peut réussir à ralentir Connor Bedard, mais il sera très difficile de l’arrêter. Il a beaucoup trop de talent.

Une citation de :Brent Parker, recruteur pour ISS Hockey

Cette surveillance plus étroite anticipée par l’homme qui compte près de trois décennies de hockey junior derrière la cravate devrait éventuellement mener à une baisse de production du numéro 98 des Pats de Regina. Rien d’alarmant, prévient Brent Parker.

Par expérience, les recrues connaissent des creux de vague, bien souvent parce qu’ils s’ennuient de leur famille. Ils sont jeunes, et c’est la première fois qu’ils sont éloignés de leurs proches pour une longue période de temps. Le contexte est différent cette année, la saison est plus courte et les joueurs sont dans une bulle.

Connor Bedard est pressenti pour être le premier choix du repêchage 2023 dans la Ligue nationale de hockey. Aux yeux de Brent Parker, rien ni personne ne pourra empêcher ce joyau de briller : Il connaîtra une carrière exceptionnelle, tant chez les juniors que chez les professionnels. Il a dominé à tous les niveaux et il continuera de le faire.

Connor Bedard s'apprête à sauter sur la patinoire.

Après cette saison écourtée, Connor Bedard sera admissible à en jouer deux autres avec les Pats de Regina avant de faire le saut dans la LNH en 2023.

Photo : Keith Hershmiller Photography

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !