•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : pas de levée des mesures sanitaires au Yukon

Le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley derrière le micro.

Le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley affirme que le territoire demeure en bonne posture avec l'absence de contamination communautaire et aucun cas actif de COVID-19.

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Radio-Canada

Avec l’émergence de nouveaux cas de variants du coronavirus dans le sud du pays et à travers le monde, le médecin hygiéniste en chef du Yukon, Brendan Hanley, dit vouloir attendre avant de recommander la levée des mesures sanitaires en place.

En conférence de presse mercredi, le Dr Hanley est resté plutôt vague sur les détails d’un éventuel relâchement. Il a plutôt profité de son temps pour parler de ses préoccupations par rapport aux risques des cas variants du virus sur le territoire.  

Selon lui, les nouveaux cas de variants dans le sud du pays, les recherches scientifiques qui en découlent et les risques que ces variants soient importés au Yukon sont à prendre en compte dans chacune de ses décisions. 

La présence croissante de variants vient augmenter notre susceptibilité à importer une infection sérieuse de la COVID-19 qui pourrait mener à une forte transmission, alors même que nos taux de vaccination sont en hausse.

Une citation de :Dr Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

 Pour l’instant, dit-il, nous conseillons toujours, même si vous êtes vaccinés, que les voyages restent pour des raisons essentielles jusqu’à ce que nous comprenions ce que les variants nous apporteront au cours des prochaines semaines. 

Le Dr Hanley a tout de même précisé que le retour en classe complète pour les élèves du secondaire serait abordé lors du prochain point de presse la semaine prochaine. 

Les conseils scolaires, le ministère et l’association des enseignants sont actuellement en discussion à ce sujet, selon lui. 

Le vaccin moins populaire chez les plus jeunes

En date de lundi, 22 795 Yukonnais ont reçu au moins leur première dose du vaccin de Moderna, dont 10 648 ont aussi reçu leur seconde dose.

Si le Dr Hanley se dit satisfait de la campagne de vaccination, il indique toutefois remarquer que les vaccins sont moins populaires chez les populations plus jeunes.

Ce que nous observons dans les tendances est une plus grande utilisation du vaccin chez les groupes plus âgés [...] alors que nous remarquons un peu plus d'hésitation parmi les groupes plus jeunes.

Un signe devant une clinique de vaccination.

Les adultes âgés de 18 ans et plus qui le souhaitent peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner au Centre de convention du Yukon à Whitehorse.

Photo : Steve Silva / CBC

Il explique cette tendance par le fait que les personnes plus âgées ont eu plus d'occasions de prendre des rendez-vous pour les vaccinations, car les cliniques pour personnes âgées ont ouvert des semaines avant celles de la population générale.

Selon lui, les personnes âgées pourraient être plus motivées à se faire vacciner, car elles sont généralement plus à risque : Les plus jeunes sont occupés, ils travaillent, ils ont une famille, ils ont beaucoup d’autres choses à faire, donc je sais que cela joue certainement un rôle.

La santé publique en temps d’élection

Avec le territoire en mode électoral jusqu’au jour du scrutin territorial le 12 avril, Brendan Hanley ne croit pas que les élections auront un impact sur le travail de son équipe, indépendante du gouvernement.

Des affiches du Parti libéral, du Parti du Yukon et du Nouveau Parti démocratique devant une bute enneigée, le 18 mars 2021.

Des affiches des trois partis ont été installées à l'intersection du boulevard Lewes et de Hospital Road, à Whitehorse.

Photo : Radio-Canada / Chris Windeyer

Selon lui, les démarches sont en place pour assurer que le gouvernement puisse prendre les décisions nécessaires malgré le temps consacré à la campagne électorale.

Ça nous donne quand même un peu plus de temps pour garder un œil sur l’évolution des variants, sur la façon dont les provinces répondent à la troisième vague et sur notre campagne de vaccination. Tout cela fait partie de notre analyse, et ça nous donnera tout ce qu’il faut pour conseiller le prochain gouvernement.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !