•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

219, Provencher : Mathieu Allard demande la tenue d’une assemblée communautaire

Interpellée, la SFM dit que ce sera à son conseil d'administration de prendre la décision.

Saint-Boniface vue de l'air avec le centre-ville de Winnipeg en arrière-plan.

Mathieu Allard estime que les francophones ont une occasion pour sauvegarder le 219 Provencher et qu'une assemblée est nécessaire pour en discuter.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Le conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, souhaite que la Société de la francophonie manitobaine (SFM) convoque une assemblée générale extraordinaire afin de trouver une « solution à long terme » pour l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

Il est temps que la communauté se rassemble pour discuter dans quel sens elle veut aller, selon le conseiller municipal.

La semaine dernière, devant les membres du comité permanent sur la propriété, le patrimoine et le développement du centre-ville, le directeur général de Manitoba Possible s'est dit prêt à offrir un bail de 99 ans aux locataires du bâtiment ou encore à le vendre à un groupe communautaire francophone.

Mathieu Allard propose qu’un organisme ou une personne appartenant à la communauté prenne donc contact avec l’organisme acheteur, qui fait preuve de bonne volonté.

On nous l’offre! Je ne comprends pas pourquoi on ne voudrait pas capitaliser sur cette opportunité, qui est pour moi si évidente.

Une citation de :Mathieu Allard, conseiller de Saint-Boniface

M. Allard voit une occasion pour qu’une tierce partie prenne en charge le dossier et demande du financement au gouvernement. Il souligne que la ministre responsable des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires, s’est prononcée sur le 219 Provencher et que le fédéral a annoncé récemment un investissement de 1,25 million de dollars à la Maison de la francophonie à Ottawa.

La Ville a tranché, dit Mathieu Allard

Le conseiller municipal répète qu'il n'a pas l’intention de présenter une nouvelle proposition au conseil municipal au sujet de la vente de l’ancien hôtel de ville.

Le conseiller municipal Mathieu Allard.

Le conseiller municipal Mathieu Allard, photographié en 2019.

Photo : Radio-Canada

Je l’ai déjà fait, le comité a dit non, dit-il. Ça fait plusieurs fois qu’on nous dit non au niveau du conseil, dit-il. Je respecte les autorités du conseil et [le fait] qu’une détermination a été faite sur ce point-là.

Critiqué pour ne pas avoir agi plus tôt, Mathieu Allard soutient que personne ne lui a demandé de proposer que l’ancien hôtel de ville soit retiré du registre des propriétés excédentaires, avant l’attribution du droit de négociation exclusif accordé à Manitoba Possible.

C’est seulement à la dernière minute, à la fin, qu’on m’a demandé de changer de position [...] Si ça avait été demandé, je l’aurais fait. Je travaille en concertation avec la SFM. Mais la campagne "Garder les clefs" est venue à la fin du processus.

Une vue aérienne de l'ancienne caserne de pompiers sur la rue Dumoulin.

L’ancienne caserne de pompiers, située au 212 de la rue Dumoulin (à l'avant-plan), l'ancien hôtel de ville (derrière), ainsi que le stationnement le long des deux bâtiments appartiennent désormais à Manitoba Possible.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

La SFM veut probablement poursuivre une avenue légale, dit le conseiller municipal. À ses yeux, c'est une solution qui permettrait peut-être de bloquer le projet pendant un moment, mais ce n’est pas une solution viable pour assurer la pérennité du site à long terme.

Mathieu Allard estime de plus qu’il peut être préférable de confier des édifices historiques au privé. La Ville a parfois davantage intérêt à les démolir, croit-il, citant l'exemple de l’ancienne station de police de la rue Main. Un organisme francophone serait mieux placé pour assurer la pérennité du site, ajoute-t-il.

En réponse à une demande d’entrevue de Radio-Canada, une porte-parole de la SFM a indiqué par courriel : La décision de procéder ou non à une assemblée générale extraordinaire revient au conseil d’administration de la SFM.

Nous prévoyons une réunion avec le conseil d'administration prochainement, ajoute-t-elle.

La Ville de Winnipeg a vendu l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface et l'ancienne caserne de pompiers à Manitoba Possible au terme d'un processus d'appel d'offres qui a soulevé des questions et suscité de l'inquiétude de la part de certains francophones, qui craignaient que la Ville ne choisisse un soumissionnaire sans tenir compte de l'importance du site, sur les plans historique, culturel et patrimonial, pour Saint-Boniface et sa communauté francophone.

L'annonce de la vente des édifices à Manitoba possible en février a soulevé un tollé et entraîné une mobilisation pour tenter d'annuler cette décision, qui a finalement été maintenue la semaine dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !