•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suggestions de lecture : libérer la parole!

Deux livres

« Ta main sur ma bouche » et « Les fureurs invisibles du coeur », deux romans à découvrir

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Qu'ont en commun Les fureurs invisibles du coeur, de John Boyne, et Ta main sur ma bouche, de Déborah Saiag et Mika Tard? Ils évoquent, chacun à leur manière, les thèmes du secret, de la violence et de la sexualité. Ce sont également deux très bons romans.


Ta main sur ma bouche (NIL)
Déborah Saiag et Mika Tard


Ta main sur ma bouche est un roman à deux voix, celles d'Ali et d'Édouard, un couple qui verra sa vie chamboulée par une dénonciation sur Facebook.

Lorsque le roman commence, Ali est en chemin pour passer la fin de semaine chez Niels et Chloé, alors qu'Édouard tente de terminer un contrat de publicité. Ce jour-là, Diane, l'ancienne copine d'Édouard, dénonce un viol survenu six ans auparavant. L'agresseur est un ami...

Ta main sur ma bouche est une fiction à forte saveur documentaire, écrite à quatre mains. Déborah Saiag signe les chapitres racontés par Ali et Mika Tard, ceux d'Édouard.

L'histoire nous plonge dans les tourments de la victime et met surtout en lumière les réactions des proches. Le récit interpelle aussi le lecteur : comment réagirait-il dans une situation identique? Peut-on choisir sciemment de ne pas voir? De ne pas entendre?

Le texte est porté par un phrasé contemporain, proche de l'oralité, tout à fait cohérent avec la forme du récit.

Ta main sur ma bouche est un roman palpitant et anxiogène, qui nous invite à réfléchir sur un phénomène de société plus complexe qu'on pourrait le croire.


Les fureurs invisibles du cœur (JC Lattès)
John Boyne


John Boyne nous raconte, dans Les fureurs invisibles du cœur, la vie de Cyril Avery, un enfant adopté à la naissance par un couple d'excentriques Dublinois. On vit avec lui les affres de l’adolescence et son amitié passionnelle pour Julian Woodbead.

Nous étions en 1959, après tout. Je ne savais presque rien de l'homosexualité, en dehors du fait que succomber à ce genre de désir était un acte criminel en Irlande qui donnait lieu à une peine de prison. À moins que j'entre dans les ordres, dans ce cas, il s'agissait d'un avantage en nature de la profession.

Une citation de :Extrait du livre « Les fureurs invisibles du cœur » de John Boyne

À travers le personnage de Cyril, c'est toute la difficulté d'être gai dans un environnement homophobe qui est évoquée dans ce roman qui s'échelonne sur sept décennies.

De l'Irlande des années 40 au New York des années 80, en passant par la Hollande et la Slovénie, on suit les tribulations de ce personnage attachant et pathétique qui se façonne au gré des rencontres.

Un roman drôle et touchant sur la difficulté d'être soi, sur l'amitié, sur le mensonge et sur l'amour. Un roman magnifique!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !