•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enquête sur le délestage de harengs, une affaire de « meurtre et mystère »

Des centaines de harengs morts au fond de l'eau.

Des harengs ont été trouvés morts au fond de l'eau près de Deep Bay, après ce qui apparaît comme le résultat d'un délestage.

Photo : CONSERVANCY HORNBY ISLAND

Radio-Canada

Un expert en pêche commerciale croit que les enquêteurs doivent déchiffrer le moment précis de la mort des poissons pour résoudre le mystère entourant le délestage de harengs près de l'île de Vancouver.

La semaine dernière, des milliers de harengs gisant au fond de l'eau ont été retrouvés près de Deep Bay. Depuis, les enquêteurs de Pêches et Océans Canada essayent de comprendre comment cet abandon de poissons a pu survenir.

Selon David Ellis, lui-même ancien pêcheur commercial et chercheur à l'Université de la Colombie-Britannique, l’heure de la mort des poissons est relativement facile à obtenir.

Il faut connaître l’heure de la mort. Cela donne toute la réponse.

Une citation de :David Ellis, chercheur à l'Université de la Colombie-Britannique

Il recommande d’aborder cette enquête comme une affaire de type meurtre et mystère, car cela permettrait de connaître les intentions de la personne qui a déversé les poissons.

L’information pourrait aussi aider à comprendre l'origine des harengs, notamment s'ils proviennent de fermes d'élevage ou de la pêche illégale.

D'autres explications pourraient s'ajouter au mystère. D'après M. Ellis, les pêcheurs auraient pu décider de ne garder que les poissons ayant une valeur commerciale, parce que les poissons qui ont pondu des œufs ou qui sont trop petits n'ont pas de valeur marchande.

La règle, rappelle l’expert, c'est qu'il faut vendre tous les poissons qui se trouvent à bord.

Avec les informations d'Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !