•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq jeunes hommes de Lévis arrêtés pour proxénétisme et agressions sexuelles

Chargement de l’image

Certains suspects devraient comparaître au palais de justice de Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Chargement de l’image

Cinq jeunes hommes de Lévis ont été arrêtés mercredi matin pour proxénétisme, proxénétisme de moins de 18 ans, agressions sexuelles, trafic de stupéfiants et publicité de services sexuels.

Les gestes reprochés aux suspects sont survenus entre les mois d’octobre et de janvier derniers, selon le SPVQ, qui a procédé à l'arrestation des individus âgés de 17 à 19 ans. L'enquête de la police a débuté en novembre 2020, précise le porte-parole du SPVQ, Pierre Poirier.

Trois des cinq suspects ont comparu au palais de justice de Québec mercredi, en fin d'après-midi.

Deux d'entre eux, Olivier Bélanger et un autre jeune homme qui était mineur au moment des gestes reprochés, ont été formellement accusés de divers chefs d'accusation, soit de proxénétisme, de publicité pour offrir des services sexuels, d'agression sexuelle et de trafic de stupéfiants.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) s'est opposé à leur remise en liberté. Les deux hommes demeurent donc détenus. Ils reviendront en cour vendredi.

Un suspect de 17 ans a aussi comparu en Chambre de la jeunesse. Il sera de retour en cour vendredi également.

Pour ce qui est des deux autres suspects, ils font l'objet d'un mandat visé et devront comparaître à une date ultérieure.

Les suspects ne peuvent pas entrer en contact entre eux ni avec les présumées victimes, le temps des procédures judiciaires.

D'autres victimes?

Quatre personnes âgées de 14 à 19 ans ont été victimes dans cette affaire. Il n’est pas impossible qu’il y ait d’autres victimes, assure Pierre Poirier.

À ce titre, il demande à toute personne détenant de l'information dans ce dossier de contacter de manière anonyme le 641-AGIR.

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et le DPCP ont collaboré à l'enquête qui est toujours en cours.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.