•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada impose des sanctions à la Russie

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau.

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, répond à ce qu'il décrit comme des violations flagrantes et systématiques des droits de la personne en Russie.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a annoncé des mesures à l’encontre de neuf dignitaires russes en réponse à ce qu'il décrit comme des infractions aux droits de la personne commises par Moscou.

Parmi les personnes sanctionnées par le Canada figurent deux hauts fonctionnaires du bureau du président russe Vladimir Poutine, ainsi que le chef du service de sécurité, le procureur général et le chef du système pénitentiaire du pays.

Ces sanctions empêchent les Russes visés d’entrer au Canada et de faire affaire avec des Canadiens. Elles surviennent plus de trois semaines après des mesures similaires prises par les États-Unis et l’Union européenne.

La Russie répliquera quant à elle à ces sanctions illégales, selon l’agence de presse étatique russe RIA.

Une réponse au sort d’Alexeï Navalny

Ottawa justifie ces mesures par des violations flagrantes et systémiques des droits de la personne en Russie.

Le communiqué d'Affaires mondiales Canada évoque notamment la tentative de meurtre contre l'opposant Alexeï Navalny, la poursuite ultérieure intentée contre lui et la réduction au silence, au moyen de méthodes musclées et souvent violentes, des citoyens russes qui protestent contre son traitement.

Alexeï Navalny.

Alexeï Navalny au tribunal à Moscou, le 20 février 2021

Photo : Reuters / BABUSHKINSKY DISTRICT COURT

L’opposant Alexeï Navalny, qui a fait face à une tentative d’assassinat l’an dernier, purge actuellement une peine de plus de deux ans de prison après un procès expéditif.

Les sanctions répondent également à la détention et à la répression violente de milliers de manifestants en Russie au cours des dernières semaines.

Trudeau critique vivement Poutine

Mercredi, en entrevue à la chaîne Sirius XM, le premier ministre canadien n'a pas mâché ses mots pour décrire le président russe. Vladimir Poutine est responsable de toutes sortes de choses terribles, a ainsi commenté Justin Trudeau, peu habitué à critiquer ses homologues en public.

Il n'est toutefois pas allé jusqu'à qualifier le président russe de tueur, comme l'avait fait le président américain Joe Biden la semaine dernière lors d'une entrevue à la chaîne ABC.

Que ce soit l'invasion de la Crimée, les importantes cyberattaques dont il est responsable ou la tentative de déstabiliser nos démocraties, je suis certain qu'il est responsable de toutes sortes de choses terribles parce que son comportement continue de le démontrer, a résumé Justin Trudeau, indiquant qu'il n'avait toutefois pas l'information nécessaire pour le qualifier de tueur.

Justin Trudeau a rappelé qu'il avait rencontré Vladimir Poutine à quelques reprises depuis son élection comme premier ministre en 2015. Ce que le monde occidental ou le Canada pensent de lui ne l'intéresse pas particulièrement, a-t-il affirmé.

M. Poutine n'est ni un soutien ni un ami du Canada, a conclu M. Trudeau. Nous devons rester lucides et clairvoyants dans notre façon de l'approcher.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !