•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des électeurs à T.-N.-L. ont voté par téléphone alors que la loi l'interdit

Un homme dépose un bulletin de vote dans une boîte de scrutin.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le vote par téléphone n’est pas permis par la loi électorale.

Photo : CBC

Le directeur du scrutin de Terre-Neuve-et-Labrador a permis à quatre électeurs de voter au téléphone avant que les conseillers juridiques de son agence lui disent que le vote par téléphone n’est pas permis par la loi électorale.

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

Après avoir été informé qu’il y avait eu des erreurs administratives concernant quatre trousses de vote, le directeur général des élections a décidé que ces électeurs pouvaient voter par téléphone, explique la porte-parole d’Élections Terre-Neuve-et-Labrador,Adrienne Luther.

Depuis, nos conseillers juridiques ont déterminé que le vote par téléphone n’est pas autorisé. Ces conseils nous ont été transmis aujourd’hui.

Mme Luther explique que le processus pour les quatre électeurs ressemblait au modèle adopté en Colombie-Britannique. Un agent confirmait l’identité de l’électeur et un autre agent marquait son bulletin de vote.

Bruce Chaulk devant une pancarte de l'agence.

Le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Mais en février le directeur général des élections, Bruce Chaulk, avait dit à La Presse canadienne qu’un vote par téléphone était impossible à Terre-Neuve-et-Labrador.

La loi en Colombie-Britannique leur permet d’organiser un vote par téléphone, avait-il dit. Si j'organisais un vote par téléphone je serais au tribunal si vite que j’en aurais la tête qui tourne.

Mme Luther affirme que l’agence va contacter les quatre électeurs en question pour tenter de déterminer s’ils pourront voter en respectant la loi électorale.

Rhonda Simms, candidate dans Lewisporte-Twillingate, explique qu’un électeur dans sa circonscription l’a contacté mardi pour dire que sa trousse de vote est arrivée sans bulletin, mais que le personnel d’Élections Terre-Neuve-et-Labrador lui avait permis de voter par téléphone.

L’homme m’a dit qu’il était content de pouvoir voter au téléphone et qu’il se sentait bien au début, mais il pense aussi aux autres électeurs qui n’ont pas pu voter, explique la progressiste-conservatrice.

La date limite pour voter est le 25 mars, à 16 h.

Vers des contestations?

Dans une déclaration, le chef libéral, Andrew Furey, a dit à [sa] connaissance Élections Terre-Neuve-et-Labrador a réglé la situation pour ces quatre électeurs.

Je suis content que l’agence ait géré cette situation de manière transparente.

Le chef progressiste-conservateur, Ches Crosbie, croit que l’incident remet en question l’intégrité des élections.

Depuis des semaines, M. Crosbie indique que la fin des élections pourrait marquer le début des contestations judiciaires. Des dizaines de milliers d’électeurs ont dû voter par la poste, et plusieurs groupes et candidats ont souligné les nombreux problèmes d’accessibilité.

La date limite pour voter par correspondance a été repoussée quatre fois, et selon Élections Terre-Neuve-et-Labrador, le taux maximum de participation sera de moins de 50 %.

Le NPD et les libéraux ne se préparent pas à une possible contestation des résultats.

Le commissaire aux élections refuse de nous accorder une entrevue depuis le début du dépouillement, le 6 mars dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !