•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tourisme Outaouais a pu éviter le pire grâce au plein air

Une personne en randonnée pédestre avec son chien dans le parc de la Gatineau

Tourisme Outaouais a subi d’importantes baisses de revenus au cours de l’année dernière (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Tourisme Outaouais a subi d’importantes baisses de revenus au cours de l’année dernière, surtout en raison des voyages d’affaires qui se font plus rares en temps de pandémie. L’organisation signale tout de même qu’elle a su garder la tête hors de l’eau grâce aux activités de plein air qui sont nombreuses dans la région.

On a été durement touché, mais je dirais qu’on a quand même réussi à bien tirer notre épingle du jeu grâce à notre offre en plein air, a résumé la présidente-directrice générale Julie Kinnear, mardi.

Tourisme Outaouais a dressé le bilan d’une année hors du commun lors d'une présentation devant le comité plénier de la Ville.

L'organisation souhaite la reconduction d’une entente qui la lie à la Municipalité. Le protocole de celle-ci, qui vient à échéance à la fin décembre, prévoit 495 000 $ par an. L’organisme touristique et la Ville de Gatineau sont en discussions pour prolonger cet accord jusqu’à la fin de 2022.

Lors de la présentation, Tourisme Outaouais a indiqué que les événements d’affaires, qui ont normalement lieu dans la région, tels que des congrès, ont été annulés. Cela a eu des répercussions sur le taux d’occupation dans les établissements hôteliers, qui a chuté 29,2 % entre 2019 et 2020.

Des acquis à pérenniser

André Groulx, directeur des événements d’affaires et du développement, a souligné que trois hôtels de Gatineau sont fermés depuis avant les Fêtes.

Cela a des impacts très importants autant au chapitre des revenus de Tourisme Outaouais, mais aussi des retombées économiques régionales, a-t-il dit, faisant notamment allusion au secteur de la restauration.

Pour l’éventuelle relance post-COVID, l’organisation souhaite donc mettre les bouchées doubles en ce qui a trait au tourisme d’affaires. On souhaite, par ailleurs, maintenir plusieurs acquis faits, malgré tout, durant la pandémie, en matière de plein air et de plein air urbain.

On a pu faire le plein de beaux partenariats avec des organisations régionales. [...] J’aime dire qu’on s’est fait de nouveaux amis et, pour moi, ce sont des relations que j’aimerais continuer [de développer], a ajouté Mme Kinnear, en mentionnant au passage des partenaires tels que la Table agroalimentaire de l’Outaouais.

Avec des informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !