•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Métallos qualifient de « recul majeur » la réforme de la santé et sécurité au travail

L'adjoint au directeur québécois des métallos, Dominic Lemieux

Le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Dominic Lemieux (archives)

Photo : Radio-Canada

Des travailleurs du secteur minier affirment que le projet de loi 59, qui vise à moderniser le régime de santé et sécurité au travail, vient diminuer la sécurité des travailleurs et la prévention sur le terrain.

Mardi matin, le Syndicat des Métallos a vivement décrié le projet de loi 59, affirmant qu'il s’agirait d’un recul par rapport à la loi actuelle, qui a été adoptée il y a plusieurs décennies.

Aux Métallos, on est très inquiet. Dans le secteur minier, la prévention, c’est une question de vie ou de mort, lance le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Dominic Lemieux.

Le projet de loi a été présenté en octobre par le ministre du Travail, Jean Boulet. Après des critiques, le ministre y a apporté des amendements, mais les Métallos sont loin d’être satisfaits.

Un homme sourit à la caméra dans un bureau, un cahier des Métallos devant lui sur une table.

André Racicot, président du Syndicat des Métallos de la mine Westwood (archives)

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent Bouchard

Le président du syndicat à la mine Westwood, André Racicot, déplore que la réforme propose un recul important en matière d’indemnisation et en réparations.

Je vais prendre un exemple, il y a un travailleur qui a reçu un tison à la suite d’une opération de découpage, il a eu le tympan percé, puis avec la nouvelle réforme, il ne sera pas indemnisé. Ça n’a pas de bon sens, lance-t-il.

On aime mieux vivre avec notre vieille loi d’il y a 40 ans plutôt que de reculer en arrière avec le projet de loi 59.

Une citation de :Le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Dominic Lemieux

Dominic Lemieux abonde dans le même sens. Il déplore qu’avec la réforme proposée actuellement, on complique la reconnaissance des cas de surdité et de cancers liés aux activités professionnelles.

Négocier les heures accordées à la santé et sécurité

Le projet de loi 59 prévoit que les employeurs et employés négocient localement le temps de libération des représentants en santé et sécurité, c’est-à-dire le nombre d’heures lors desquelles ils sont libérés de leurs tâches habituelles pour s’occuper des enjeux de santé et sécurité.

Katherine Lippel, titulaire de la Chaire de recherche en droit de la santé et sécurité du travail à l’Université d’Ottawa, critique elle aussi cet élément du projet de loi.

Au Québec, on a toujours dit, et au travers du Canada c’est la même chose, que la santé et la sécurité du travail ne sont pas négociables. Il ne faudrait pas que ça fasse partie des enjeux monnayables en même temps qu’on négocie le salaire et le nombre plancher de travailleurs dans une mine, indique-t-elle.

Selon la professeure Lippel, les représentants en prévention, quand il y en a, sont essentiels et préviennent des accidents.

Quelqu’un qui n’est pas sûr de quelque chose peut aller voir son représentant sans voir son contremaître. Peut-être que le travailleur a l’impression qu’il va être mal vu s’il dit que ça ne lui semble pas sécuritaire. Tandis que si tu as quelqu’un qui ne va pas te dénoncer, mais au contraire te représenter auprès de l’employeur, ça améliore la qualité de la prévention, explique-t-elle.

Éric Savard, président de la section locale 9449 à la mine Raglan, croit lui aussi que la loi devrait permettre la présence d’un représentant en prévention.

Les représentants en santé-sécurité sont comme de grands frères pour les jeunes mineurs. [...] Avec le caractère de la compagnie présentement, c’est assez difficile d’aller se référer à un superviseur, rapporte M. Savard.

D’autres syndicats comme la CSN et la CSQ ont aussi dénoncé le projet de loi 59.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !