•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sudbury investit en santé mentale après les événements au pont des Nations

Un pont avec des drapeaux.

Deux incidents impliquant des individus en détresse psychologique ont eu lieu sur le pont des Nations au cours du week-end.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Après un weekend marqué par deux incidents impliquant des personnes en détresse psychologique qui se sont déroulées sur le pont des Nations, le Grand Sudbury et les services policiers ont annoncé des virages en matière de prévention en santé mentale.

Le Grand Sudbury a annoncé lundi une injection de 900 000 $, argent provenant de la province, dans différents organismes de santé mentale de la région.

Huit organismes pourront ainsi bénéficier de montants supplémentaires pour consolider ou étendre leur mission.

Incidents mortels sur le pont

Cette annonce survient après une fin de semaine marquée par deux incidents sur un pont du centre-ville.

Le soir du vendredi 19 mars dernier, une femme de 53 ans en détresse psychologique est morte après être tombée du pont des Nations. Les tentatives des équipes d’urgence pour lui sauver la vie se sont avérées vaines.

Ce décès a par ailleurs déclenché une enquête de l’Unité des enquêtes spéciales de la province, qui intervient en cas de décès d’un civil dans le cadre d’une intervention policière.

Dimanche, la circulation sur ce même pont a été interrompue alors que les secours sont venus en aide à un homme de 26 ans en détresse qui lui aussi risquait de tomber.

Installation de filets de protection

La municipalité de Sudbury explique tenir des discussions actuellement au sujet de mesures qui pourraient être mises en place au pont des Nations.

Sont impliqués tant l'administration municipale que les intervenants du domaine de la santé mentale.

Une clôture de fer bloque l'accès aux rails qui passent sous le pont des Nations à Sudbury.

L'installation de mesures de protection devra se faire en collaboration avec CP Rail (archives).

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Du point de vue de l'ingénierie d'une telle structure de protection, la municipalité explique qu'un tel projet serait réalisable.

Il devrait toutefois passer par le processus normal d'approbation de projets, et devrait se faire en collaboration avec CP Rail.

Augmentation des services en santé mentale

Selon Jason Séguin, gérant des services de santé mentale à Horizon Santé Nord, la somme reçue de 428 135 $ va permettre à l'hôpital d’augmenter les services offerts au public.

Un hôpital.

Horizon Santé Nord offre des services d'urgence psychologique.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Avec cet argent, nous allons pouvoir étendre notre service mobile 24h/24 et sept jours sur sept, explique-t-il.

Le service mobile, qui est disponible 12 h par jour, est un programme communautaire qui permet d’aller s’assurer du bien-être de personnes qui vivent avec des problèmes de santé mentale.

Pour les autres organismes, les fonds vont notamment permettre d’augmenter la portée d’un programme destiné aux Autochtones, de financer un programme pour les travailleuses du sexe et des refuges pour les personnes en situation d’itinérance.

Des services encore accessibles malgré une hausse des besoins

Si plusieurs organismes de la région disent sentir une hausse des besoins en matière de santé mentale depuis le début de la pandémie, leurs services restent toujours accessibles au public

Portrait du visage d'une femme.

Suzanne Tassé, gérante à l’Association canadienne pour la santé mentale section Sudbury-Manitoulin.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Suzanne Tassé, gérante à l’Association canadienne pour la Santé mentale section Sudbury Manitoulin, est aux premières loges de l’effet qu'a la pandémie sur la santé mentale.

On voit depuis le début de la pandémie que la détresse est en hausse et qu’on atteint des sommets dans les statistiques qui n’ont jamais été vus auparavant.

Une citation de :Suzanne Tassé, gérante à l’Association canadienne pour la santé mentale section Sudbury Manitoulin.

Mais elle affirme que les services en santé mentale restent malgré tout accessibles dans la région, bien que leur utilisation par la population est plus importante que jamais.

La santé mentale, ça touche tout le monde, et je veux vraiment que les gens sachent que nos services sont disponibles, dit-elle en ajoutant que plusieurs autres services existent en région.

Pour tenter d’éviter un autre drame au pont des Nations, Mme Tassé veut que la communauté trouve une solution.

Nous devons en tant que communauté trouver un moyen de nous assurer que le pont des Nations soit sécuritaire, dit-elle. Elle affirme que la Ville devra trouver le type d’infrastructure qui pourrait être utilisé pour sécuriser le pont.

Jason Séguin confirme que les services de santé mentale à Horizon Santé Nord ont connu une hausse de la demande.

Mais selon lui, les services d’Horizon Santé Nord restent accessibles en cas de besoins ou en cas de crise.

La police de Sudbury cède le monopole de l’intervention

En raison des dangers liés à la circulation posés par les deux appels d’urgences du weekend, la police du Grand Sudbury a dû déroger à une de ses règles, qui indique notamment que le service ne mentionne pas les quelque 1800 interventions en santé mentale.

Un véhicule de la police de Sudbury

La police de Sudbury se prépare à lancer une escouade mixte d'intervention en cas de crise de santé mentale.

Photo : CBC

Selon l’inspectrice Sara Cunningham, la plupart des interventions policières n’impliquent pas de personnes en détresse qui risque de commettre l’irréparable.

La crise de chaque personne est très différente de celle d'une autre. Ces deux incidents du weekend étaient très différents, explique-t-elle, ajoutant que l’incident de dimanche n’était probablement pas lié à la visibilité dans les médias de l’événement de samedi.

La police de Sudbury s’apprête aussi à changer d’approche en matière de santé mentale, grâce à un partenariat avec Horizon Santé Nord et son équipe mobile pour répondre aux crises sur le terrain.

Ce partenariat va nous permettre d’avoir une personne avec de l’expertise sur le terrain, explique Mme Cunningham.

Elle ajoute que plusieurs de ces situations ne nécessitent pas l’intervention d’un policier.

Nous allons donc amener les professionnels qui sont spécialisés en la matière avec nous dans l'espoir de résoudre ces problèmes sans incident et de permettre aux personnes concernées de recevoir les soins médicaux dont elles ont besoin.

Une citation de :Sara Cunningham

La police de Sudbury note une tendance à la baisse des appels pour crise de santé mentale depuis 2018.

Avec des informations de CBC

Besoin d'aide?

  • À Sudbury, vous pouvez appeler la ligne de crise d’Horizon Santé Nord au 1-877-841-1101.
  • La ligne de crise de l'Association canadienne pour la santé mentale est le 1-866-285-2642.
  • Service canadien de prévention du suicide : 1-833-456-4566 (téléphone) | 45645 (texte, de 16 h à minuit HE seulement) crisisservicescanada.ca (Nouvelle fenêtre)
  • Au Québec (français) : Association québécoise de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553)
  • Jeunesse, J'écoute : 1-800-668-6868 (téléphone), service de consultation en direct par clavardage à www.kidshelpphone.ca (Nouvelle fenêtre).
  • Association canadienne pour la prévention du suicide : suicideprevention.ca (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !