•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Legault appelle les résidents de l'Outaouais à la prudence

François Legault parle au micro, assis derrière un bureau.

Le premier ministre François Legault a lancé un appel à la prudence aux gens de l'Outaouais, mardi (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Émilie Bergeron

Le premier ministre du Québec, François Legault, lance un appel à la prudence aux résidents de l'Outaouais, où les cas de COVID-19 augmentent depuis plusieurs semaines.

En point de presse, mardi, il a soutenu qu'il estime qu'il est encore possible d'éviter un retour en zone rouge pour la région.

On pense qu’on est capable, en faisant attention, de rester en zone orange, mais c’est important de réduire les contacts, a-t-il dit. Il a d'ailleurs servi la même invitation à la vigilance à la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C’est important. [...] On ne veut pas revenir en zone rouge. Donc, faisons attention en particulier dans ces zones-là, mais partout au Québec. On n’est pas à l’abri d’une 3e vague, a-t-il ajouté.

Le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, a souligné qu'un jeu de yo-yo, faisant aller et venir une région d'un palier de restrictions sanitaires à un autre, est dommageable pour les restaurateurs qui sont confrontés à des ouvertures suivies de fermetures.

On essaie de ne pas faire ça. Si on [en vient à penser] qu’on doit passer au rouge, c’est qu’on a l’impression qu’on est en train de perdre le contrôle, que c’est en train de s’accélérer et que ça va durer pour un bon petit bout, a-t-il résumé.

Pedneaud-Jobin tire la sonnette d'alarme

Plus tôt mardi, le maire de Gatineau, Maxime-Pedneaud Jobin, a exhorté les citoyens à être disciplinés dans le respect des règles sanitaires.

C’est inquiétant. [...] À chaque semaine et mois qui passent, on se rapproche d’une solution parce que les vaccins sont en train d’être donnés. Alors, ce n’est vraiment pas le temps de baisser la garde, a-t-il lancé en ouverture d’une réunion du comité plénier de la Ville.

Il n’y a personne qui a le goût de retourner en zone rouge et, vraiment, on se rapproche de cette situation-là. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour personne et, en particulier, nos commerçants., a-t-il insisté.

Il faut dire qu’un retour en zone rouge pour les entrepreneurs de l’Outaouais pourrait s’avérer fatal pour un certain nombre d’entre eux. En effet, selon les restrictions du Québec, la zone rouge signifie la fermeture totale des restaurants, chose qu’il faut à tout prix éviter, selon Wapokunie Riel Lachapelle, propriétaire du bistro-pub Nikosi, situé à Wakefield.

Je suis contente de rester en zone orange. Je ne sais pas si on serait capable de subir un autre arrêt. Ça a été une grosse année.

Une citation de :Wapokunie Riel Lachapelle, propriétaire du bistro-pub Nikosi à Wakefield

Deux semaines déterminantes

Lundi, la directrice par intérim de la santé publique en Outaouais, la Dre Brigitte Pinard, a affirmé que cette semaine et la suivante seront la clé de l’analyse pour déterminer si un resserrement des mesures sanitaires s’impose.

On est en train de perdre notre marge de manœuvre présentement, a-t-elle signalé. Le nombre de cas quotidiens de COVID-19 augmente depuis plusieurs semaines. En moyenne, 37 cas par jour ont été recensés dans la dernière semaine. Mardi, le CISSS de l'Outaouais rapportait 50 nouvelles infections de COVID-19.

Rappelons que, de l’autre côté de la rivière des Outaouais, Ottawa a basculé au palier rouge, selon le cadre de restrictions sanitaires de l’Ontario. La région de l’est ontarien pourrait très bien lui emboîter le pas. Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis, a signalé lundi qu’il s’attendait à ce que la région bascule au niveau rouge d’ici la fin de la semaine, à moins d’un revirement inattendu.

La présidente de la Chambre de commerce de Prescott-Russell, Julie Brisson, a admis que le découragement est palpable chez les entrepreneurs qui pourraient avoir à composer avec un rehaussement des règles sanitaires.

Les gens d’affaires ont tout fait en leur pouvoir pour suivre les consignes sanitaires. [...] Leurs revenus étaient moins élevés [et] ils ont dépensé de l’argent pour s’assurer de pouvoir bien suivre les directives, a-t-elle dit, mardi.

En temps normal, à pareille date, la région se prépare à la saison touristique estivale et à ses festivals. Or, c'est l'incertitude qui plane à l'heure actuelle, a relevé Mme Brisson. Tout est sur la glace. S’il faut retourner en zone rouge la semaine prochaine, ce sera comme retourner au point de départ, a-t-elle conclu.

Avec des informations de Denis Babin, d'Alexandra Angers et de Josée Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !