•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre année record en vue pour les paniers bios au Québec

Une femme se penche pour toucher des épinards.

La Ferme Cadet Roussel, en Montérégie, fait pousser des épinards et du mesclun bios même en hiver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’engouement pour les paniers bios livrés toutes les semaines directement du producteur a été propulsé par la crise de la COVID-19 l’an dernier, et tout indique que la prochaine saison sera encore une fois plus qu’achalandée. On s'attend carrément à une autre année record.

Le Réseau des fermiers de famille, qui existe depuis 25 ans, a lancé sa campagne pour l’été 2021 lundi et, déjà, plus de 60 % des places disponibles sont réservées. Du jamais-vu, selon l'organisme.

D'abord méconnues, les commandes de paniers bios directement d'un producteur, que l'on récupère chaque semaine à un point de distribution, ont gagné en popularité au fil du temps.

L'année dernière, on a constaté une hausse de 46 % des abonnements, ce qui nous a donné un total de 28 000 familles. Cette année, on se rend compte que les gens se réabonnent rapidement et massivement, illustre Marie-Hélène Paquet, coordonnatrice du Réseau des fermiers de famille.

C'est plate à dire, mais la pandémie a été une bonne chose pour nous, dit-elle. Elle estime que cette crise a poussé certaines personnes à vouloir se reconnecter à l'essentiel.

Engouement pour les paniers d'agriculteurs

Emeline Dalmaz, elle, est abonnée aux paniers bios de la Ferme Cadet Roussel depuis sept ans. Si ce n'est pas la pandémie qui l'a incitée à s'abonner à ce service, elle l'a toutefois confortée dans son choix.

L'argent va directement à l'agriculteur, c'est lui qui peut vivre avec, il n'y a pas d’intermédiaires qui font que l'agriculteur n’a plus d'argent à la fin [de la chaîne], explique la cliente rencontrée dans un point de distribution de la ferme à Montréal.

Les produits sont bien meilleurs, ils sont super bons, ajoute-t-elle.

Les abonnés COVID

La Ferme Cadet Roussel, située à Mont-Saint-Grégoire, en Montérégie, a été l'une des premières à distribuer ses paniers de fruits et légumes bios à ses abonnés, il y a 25 ans. Aujourd'hui, 145 fermes le font au Québec, soit 13 de plus que l'an dernier.

Environ une vingtaine de producteurs livrent des paniers même en hiver, dont la Ferme Cadet Roussel.

On doit cultiver les légumes pendant l'été, faire de grosses récoltes à l'automne, stocker les légumes dans les frigos. Puis, on a aussi des verdures d'hiver, ça c'est quand même nouveau ici au Québec, raconte Anne Roussel, copropriétaire de la ferme, qui fait notamment pousser des épinards et du mesclun pendant l'hiver grâce à une nouvelle technique.

Cet hiver, sa ferme distribue ses fruits et légumes bios à 420 personnes. Anne Roussel veut toutefois préserver une certaine qualité de vie. Elle a donc fixé à 450 sa limite de clients hebdomadaires pour la saison estivale. L'an dernier, 250 personnes étaient sur sa liste d'attente.

Elle se réjouit de l'engouement pour les paniers bios que la pandémie a provoqué chez certains. On les appelle les "abonnés COVID", dit-elle en riant. Il y a comme une urgence, un besoin urgent, et c'est génial de pouvoir y répondre.

En même temps, il faut continuer l'éducation qui va avec ça. Oui, le panier arrive chaque semaine, mais il ne faut pas gaspiller les légumes. Il faut cuisiner, il faut apprendre des nouvelles recettes, il faut oser!

Selon le Réseau des fermiers de famille, le prix médian du panier bio au Québec est passé de 28,50 $ en 2020 à 30 $ cette année.

D’après un reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !