•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu’à 50 % des chirurgies confiées au privé

Depuis le mois de janvier, le pourcentage d'interventions chirurgicales reportées continue de diminuer dans plusieurs régions du Québec en raison notamment des opérations d’un jour dans les cliniques privées.

On voit Mme Gunner assise dans une fauteuil à l'hôpital, en entrevue pour la télévision.

Sylvie Gunner, patiente.

Photo : Radio-Canada

Lorsqu’elle a obtenu son rendez-vous à la Clinique chirurgicale d'orthopédie de Laval la semaine dernière, Sylvie Gunner était tout sourire sous son masque.

J’avais le ménisque interne du genou gauche déchiré, dit-elle. Ça s'est fait en onze minutes et j'ai tout vu sur l'écran couleur! Ça faisait un an et demi que j'attendais.

Des patients en attente depuis plus d’un an, le Québec en comptait 17 000 récemment, soit près de 12 % de tous ceux en attente. Ils étaient quatre fois moins nombreux juste avant le début de la pandémie.

Manque de personnel dans les hôpitaux

Le Dr Philippe Dahan, chef du département d'orthopédie à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval, partage son temps entre l’hôpital et la clinique. C’est lui qui a opéré Mme Gunner.

Habituellement, à la Cité-de-la-Santé, j'ai treize priorités opératoires par semaine en orthopédie tandis que là, on tourne autour de six, explique-t-il. Ce qui fait que je continue à faire la moitié des chirurgies que je faisais avant la pandémie à la Cité.

On voit le Dr Dahan, debout, en habit de travail et portant la visière et le masque chirurgical. Derrière lui, les lits d'hôpital.

Le Dr Philippe Dahan, chef du département d'orthopédie, Cité-de-la-Santé

Photo : Radio-Canada

Comme le précise le Dr Dahan, on a des salles physiques, on a des médecins, des lits [...] Malheureusement à la Cité, on a un gros manque de personnel.

Le CISSS de Laval dispose depuis quelques mois d’ententes avec des cliniques privées pour l’orthopédie, mais aussi pour l’endoscopie.

De janvier à février, le pourcentage des chirurgies reportées à Laval est passé de 31 % à 3 %. Et la part du privé est passée de 45 % à 52 % des interventions, ce qui en fait le CISSS qui a le plus recours au privé au Québec.

D’autres hôpitaux de la grande région de Montréal font également appel au privé.

Comme le mentionne Josée Morin, directrice générale de la Clinique chirurgicale d'orthopédie de Laval, on travaille avec l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini [...] le CISSS de Laval [...] mais aussi avec le CISSS des Laurentides.

Quatre des cinq salles d’opération de la clinique sont réservées aux hôpitaux.

Je vous avoue que, si on avait pu les accommoder encore plus, ça aurait été encore mieux, parce que tous les CISSS et CIUSSS nous ont appelés.

Une citation de :Josée Morin, directrice générale de la Clinique chirurgicale d'orthopédie de Laval
Elle porte un masque.

Josée Morin, directrice générale, Clinique chirurgicale d'orthopédie de Laval

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Des discussions avec le ministère de la Santé ont permis d’établir les priorités.

Si tout se passe comme prévu, Mme Morin espère offrir des services plus complexes avec hospitalisation.

D'ici un mois ou deux, explique-t-elle, on va offrir le service aux hôpitaux de pouvoir faire leurs prothèses de hanche ici, que les patients restent la nuit et puissent partir le lendemain matin.

La loi sur la santé et les services sociaux interdit présentement aux cliniques médicales spécialisées participantes de garder un patient plus de 24 heures, précise-t-on au MSSS.

Dégager du temps pour les cas lourds

Rencontré à la clinique de Laval, le chirurgien orthopédiste Patrick Lavigne de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont explique réaliser la majorité de ses opérations chirurgicales à la clinique.

Je fais environ 80 % de mes patients en clinique médicale spécialisée et 20 % en milieu hospitalier.

Une citation de :Patrick Lavigne, chirurgien orthopédiste

Selon lui, cela permet de libérer de l'espace à l'hôpital pour les cas un peu plus urgents, les chirurgies qui nécessitent une hospitalisation, alors qu'ici on a de la chirurgie un peu plus simple et des patients un peu plus en forme.

À Maisonneuve-Rosemont, les activités reprennent lentement, mais au moins il y a de l'espoir, dit le docteur Lavigne.

Des disparités régionales

À travers le Québec, la reprise des interventions chirurgicales se fait à géométrie variable.

Sur la Côte-Nord et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine par exemple, on commence à réduire les listes d’attente. C’est l’exception.

Ailleurs, la liste d’attente s’allonge encore, mais moins rapidement.

Montréal est passée de 31 % à 19 % d'interventions chirurgicales reportées.

En Outaouais, les données du MSSS indiquent que le pourcentage des chirurgies reportées s’est accru à près de 50 % à la fin du mois de février.

Un document de la RAMQ consulté par Radio-Canada indique que le CISSS de l’Outaouais dispose depuis peu d’une lettre d’entente avec le privé.

Une porte-parole du CISSS précise cependant par écrit qu'il s’agit d’une démarche qui est présentement en cours [...] qu’il est un peu tôt pour estimer un pourcentage relié à la réduction de chirurgies reportées et la valeur de l'entente, puisque l'entente n'est pas encore conclue.

Depuis l’été dernier, plusieurs orthopédistes ont indiqué à Radio-Canada que le rattrapage des chirurgies passe par la sous-traitance aux cliniques privées.

Le Dr Philippe Dahan pense lui aussi que c’est essentiel.

À la Cité-de-la-Santé, ça fait 16 ans que je pratique. Et on parle d’un nouveau bloc opératoire depuis 16 ans, mais aucun plan ne se développe, souligne-t-il. Donc, je ne crois pas que ça va pouvoir se faire uniquement dans les hôpitaux.

Le CISSS de Laval n’a pas souhaité faire de commentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !