•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 3e vague peut être évitée à Québec

vieux quebec printemps beau temps rue st jean

Les résidents de Québec doivent tout mettre en oeuvre dès maintenant pour combattre le variant britannique.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Bien que la région de Québec compte environ 30 % de variant britannique dans les nouveaux cas de COVID-19 recensés chaque jour, le directeur régional de santé publique affirme qu’une troisième vague de la pandémie peut être évitée.

Ce n'est pas une fatalité. Ça dépend de notre capacité à tout le monde de continuer à mettre en application les mesures, souligne le Dr André Dontigny.

Les efforts à faire sont néanmoins considérables et risquent d’être nécessaires encore pendant plusieurs semaines.

Dans ses plus récentes projections, l’Institut national de santé publique (INSPQ) évalue que même avec une forte adhésion aux mesures sanitaires, le nombre de cas dans les régions à l’extérieur du Grand Montréal pourrait bondir et atteindre environ 750 par jour au mois de mai. Cette croissance serait principalement due au variant britannique du coronavirus, plus contagieux.

Un graphique illustrant les projections de l'INSPQ.

Même avec une forte adhésion aux mesures sanitaires, l'INSPQ projette près de 750 nouveaux cas par jour au moi de mai à l'extérieur du Grand Montréal.

Photo : Radio-Canada

Malgré l’explosion des cas, l’INSPQ avance néanmoins d’une adhésion forte aux mesures sanitaires permettrait de maintenir les hospitalisations et les décès à un niveau stable par rapport aux mois précédents.

Une adhésion moyenne ferait toutefois bondir une fois de plus le nombre de personnes qui auraient besoin d’être hospitalisées en raison de la COVID-19, alors que le nombre de cas par jour pourrait atteindre 2000 à l’extérieur du Grand Montréal.

Un graphique illustrant les projections de l'INSPQ si l'adhésion aux mesures sanitaires est moyenne.

L'ISPNQ projette qu'une adhésion que moyenne aux mesures sanitaires pourrait faire exploser les nouveaux cas à l'extérieur du Grand Montréal d'ici le moi de mai.

Photo : Radio-Canada

Course contre la montre

Le Dr André Dontigny, comme d’autres spécialistes de la santé publique, parle d’une course contre la montre pour freiner la propagation du variant britannique le temps de vacciner un maximum de Québécois. À ce jour, la Capitale-Nationale compte 12 cas confirmés de variants et 266 cas sont considérés comme suspect et toujours en analyse.

On veut retarder le plus possible le moment, où forcément, il n'y aura que du variant dans la région comme ailleurs.

Une citation de :Dr André Dontigny, directeur de santé publique au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Pour inciter les gens de la Capitale-Nationale à ne pas baisser la garde, il cite en exemple les régions voisines du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent, qui font présentement face à une recrudescence du nombre de cas quotidien.

Le Dr André Dontigny est le nouveau directeur de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Le Dr André Dontigny est le nouveau directeur de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Photo : Radio-Canada

Alors que le beau temps commence à nous faire rêver à la saison estivale, le directeur de santé publique n’ose pas s’avancer quant à la situation sanitaire qui nous attend dans quelques mois.

Ça m'apparaît prématuré d'identifier comment sera exactement l'été. J'espère de tout cœur que ça va être dans de meilleures conditions.

Bilan du jour

Lundi, la santé publique recensait 35 nouveaux cas de COVID-19 dans la Capitale-Nationale et 6 en Chaudière-Appalaches.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !