•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des crues printanières moins importantes prévues en Abitibi-Témiscamingue cette année

Un rang de campagne où on a placé des panneaux réfléchissants là où la chaussée est inondée.

La crue printanière pourrait être moins importante qu'en 2020. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Ce printemps, les conditions laissent croire que la crue printanière en Abitibi-Témiscamingue pourrait être moins importante que lors des années précédentes.

L’abaissement du niveau d’eau des réservoirs gérés par Hydro-Québec en Abitibi-Témiscamingue suit les moyennes.

Pierre-Marc Rondeau, ingénieur en planification pour la régularisation de la rivière des Outaouais, indique que le réservoir Dozois est complètement abaissé et que le réservoir Decelles est en voie de l’être.

Les réservoirs, avec le stock de neige qu’on a actuellement au sol, pourraient très bien accueillir des précipitations au-dessus des moyennes, affirme-t-il. Ça, c’est vraiment l’élément très important à suivre au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Quelles vont être les quantités de pluie ou de neige restantes? Mais pour l’instant, ça s’enligne bien, sachant que les réservoirs vont être plutôt vides.

Cette année, l’accumulation de neige au sol au mois de mars ne dépasse pas la moyenne, et ce, pour la première fois depuis 2015.

Cartes du Québec montrant les quantités de neige au sol en mars 2021, 2020 et 2019.

Quand le nombre est supérieur à 100%, cela indique que les accumulations de neige sont supérieures à la moyenne.

Photo : Présentation d'Hydro-Québec

Il faut savoir qu’entre 2016 et 2020, les stocks de neige étaient supérieurs aux moyennes [lors de la période] avant la fonte des neiges, indique Pierre Marc Rondeau. Cette quantité de neige plus faible laisse croire que la crue des eaux n’atteindra pas des niveaux inquiétants.

Du côté de la Ville de Rouyn-Noranda, on constate des faits similaires pour le bassin versant de la rivière Kinojévis. Le responsable de la sécurité civile à Rouyn-Noranda Luc Tremblay souligne que l’accumulation de neige cette année était inférieure d’un mètre par rapport à 2020.

Ce qui nous permet de croire que s’il n’y a pas de précipitations abondantes pendant plusieurs jours, on devrait avoir encore une année assez tranquille au niveau de la crue des eaux, on ne devrait pas avoir de débordement si tout se déroule correctement, mais on reste toujours prudents puis on surveille jusqu'à la fin mai le comportement du plan d’eau, précise-t-il.

En sécurité civile, il n’y a jamais de risque zéro. Il faut toujours être prêt à ce qu’on appelle le pire scénario possible. Tout est interrelié.

Une citation de :Luc Tremblay, responsable de la sécurité civile à Rouyn-Noranda

Malgré le fait que le niveau de neige et les prévisions de températures à venir laissent présager une crue printanière moins intense que par d’autres années, Luc Tremblay rappelle aux riverains de demeurer vigilants et de rapporter tout débordement à la municipalité.

Grosse année ou petite année, on est toujours prêts. On fait toujours rapprocher nos équipements pour pouvoir assister les citoyens. Notre inventaire de sacs de sable et nos équipements sont déjà prêts, conclut-il.

Les spécialistes surveillent plusieurs facteurs afin de prévoir la crue printanière, comme le niveau des cours d’eau, l’accumulation de neige durant l’hiver, le couvert de neige, les températures et les précipitations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !