•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un phoque de 800 livres au milieu de la route mobilise les policiers

Un phoque au milieu de la route avec une voiture de police et des curieux qui l'observent.

Un phoque a attiré les curieux dimanche à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Gracieuseté Laura Gallant

Radio-Canada

Des policiers ont répondu à un appel inusité à l’Île-du-Prince-Édouard dimanche. Un énorme phoque a bloqué la route 12 près de Birch Hill pendant plus de 90 minutes.

Plusieurs curieux se sont rassemblés pour observer l’énorme mammifère marin. Après plus d’une heure et demie, le phoque est retourné par lui-même dans l’océan, mais il s’agit de la troisième intervention policière concernant un phoque au cours du dernier mois.

Ils sont assez rapides, indique Ron McConnell, président du groupe P.E.I. Emergency Animal Response Team. Ce dernier était présent lors de l’opération aux côtés de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), d’agents du ministère des Pêches et des Océans et des pompiers de Tyne Valley.

Un phoque au milieu du chemin.

Ron McConnell, président de l'organisme P.E.I. Emergency Animal Response Team, estime que l'animal pesait entre 600 et 800 livres.

Photo : Gracieuseté Laura Gallant

Il était gros, nous estimons entre 600 et 800 livres, alors on ne pouvait pas seulement le ramasser et le remettre à l’eau, raconte-t-il.

Les autorités ont tenté plusieurs tactiques pour encourager l’animal à se déplacer, comme l’approcher avec un véhicule tout-terrain, ce qui n’a pas impressionné le phoque, qui est resté immobile.

Finalement, la bête a décidé de partir d’elle-même et s’est dirigée vers la baie de Malpèque.

Le manque de glace pousse les phoques vers la terre ferme

Le mois dernier, la police de Charlottetown a secouru un jeune phoque qui se promenait dans les rues de la ville.

Trois jours plus tard, la GRC de Queens a répondu à un autre appel pour ramener un phoque dans l’eau.

Selon la Marine Animal Response Society, les niveaux anormalement bas de glaces conduisent les animaux à se réfugier sur la côte.

L’organisme affirme avoir reçu un nombre plus élevé d’appels cette année en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick.

Selon Danielle Pinder, une agente pour l’organisme qui répond à ce type d’appels, les phoques ont peu de place pour se réfugier en raison du manque de glace.

Cette année, la glace ne couvre qu’environ 4,2 % du golfe du Saint-Laurent alors qu’habituellement cette superficie est de 33 %.

D'après les informations de Shane Ross, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !