•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pour dénoncer les conditions de vie des détenus à Ottawa

Des manifestants tiennent des affiches en défilant dans les rues.

Une centaine de personnes étaient rassemblées samedi.

Photo : Radio-Canada / Ismaël Sy

Radio-Canada

Samedi marquait le premier anniversaire du premier cas de COVID-19 détecté dans une prison de l’Ontario. Des manifestants ont profité de l’occasion pour se rassembler et demander à ce que les détenus bénéficient de meilleures conditions de vie.

Un rapport de l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) plaide que la situation des détenus s’est détériorée depuis le début de la crise sanitaire.

Maintenant, plus de 5000 détenus et 2000 employés ont contracté la maladie, selon l’ACLC.

Une centaine de personnes ont donc défilé du palais de justice d’Ottawa jusqu’au marché By. Elles souhaitent que les prisons soient désengorgées et que certains détenus soient relâchés pour éviter d’autres foyers d’éclosion.

Les manifestants ont aussi affirmé le droit des détenus à avoir accès à des soins de santé de qualité.

On est ici pour […] demander que les gens soient libérés, qu’il y ait un processus de décarcération pour que les gens puissent être dans la communauté, puissent recevoir les soins dont ils ont besoin et ne pas mettre leur vie en danger, a expliqué David Moffette.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Selon les manifestants, la distanciation sociale est impossible à faire respecter dans des prisons qui débordent.

On parle de libérer les personnes qui sont incarcérées en ce moment dans des conditions absolument horribles à cause de la pandémie et évidemment d’améliorer les conditions en prison, a dit une autre manifestante, Audrey Monette.

Les manifestants souhaitent changer le système judiciaire canadien afin de venir en aide aux communautés marginalisées qui s’y retrouvent parfois en raison d’injustices.

Ce qu’on a vu au cours de la dernière année, c’est pratiquement aucune action des gouvernements fédéral et provincial pour régler la crise sanitaire dans les prisons, a de son côté déploré Karen Cocq.

Deux autres manifestations similaires ont eu lieu en Ontario, soit à Toronto et à Milton.

Avec les informations d’Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !