•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement en soutien à la communauté asiatique après les fusillades d'Atlanta

Une personne tient une pancarte sur laquelle est écrit : Stop Asian Hate.

Des manifestants se sont réunis samedi à Atlanta pour dénoncer le racisme contre les asiatiques.

Photo : Getty Images / Megan Varner

Reuters

Des centaines de personnes se sont rassemblées samedi devant le Capitole d'Atlanta, dans l'État de Georgie aux États-Unis, en soutien à la communauté asiatique américaine après que huit personnes, dont six femmes d'origine asiatique, ont été tuées au cours de plusieurs fusillades dans des salons de massage de la région mardi.

Ces attaques font suite à une année de montée de la violence anti-asiatique aux États-Unis, qui, selon les dirigeants communautaires, est due au fait que les Américains d'origine asiatique sont tenus pour responsables de l'épidémie de COVID-19, le virus ayant été identifié pour la première fois à Wuhan, en Chine, fin 2019.

La foule de manifestants, portant des masques, agitant des drapeaux américains et brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire Nous ne sommes pas le virus ou Stop à la haine contre les personnes asiatiques s'est tenue devant le bâtiment du Capitole.

Je veux faire en sorte que le monde et les gens sachent que je suis ici, que je suis visible, a déclaré Sunghee Han, une manifestante originaire de l'État de Georgie.

Timothy Phan, originaire de Floride, a conduit pendant huit heures pour participer au rassemblement. Ces femmes qui ont été tuées, je pense à ma famille en les voyant, a-t-il déclaré à CNN. J'ai la sensation que trop souvent, on nous efface.

Les sénateurs démocrates Raphael Warnock et Jon Ossof, élus en janvier dernier, ont participé à un moment de silence en hommage aux victimes. Construisons un État et une nation où personne ne vit dans la peur à cause de son origine ou d'où il vient, a déclaré Jon Ossoff.

Les autorités de l'État de Georgie doivent encore déterminer les raisons derrière le geste du suspect, Robert Aaron Long, un Blanc âgé de 21 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !