•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pruniers seront abattus à Lebel-sur-Quévillon à cause du nodule noir

Le nodule noir du prunier, une maladie particulièrement funeste.

Le nodule noir du prunier.

Photo : Archives

Radio-Canada

La Ville de Lebel-sur-Quévillon procédera à l’abattage d’une dizaine de pruniers au cours des prochaines semaines.

Le maire Alain Poirier indique que ces pruniers, situés sur le boulevard Quévillon, souffrent de la maladie du nodule noir.

C’est un bel arbre, le prunier de Schubert. Par contre, c’est un arbre qui est fragile et depuis plusieurs années on a la maladie dans ces arbres-là. On coupait des branches, on essayait de trouver des solutions pour essayer de les conserver, mais on n'en était plus capables, rapporte-t-il.

Le nodule noir est causé par un champignon. Ses signes visibles sont des boursouflures noires sur les branches infectées.

On craint que la maladie se propage aux autres arbres fruitiers qui ont été plantés à proximité.

Alain Poirier précise que le prunier de Schubert est plus susceptible de développer la maladie du nodule noir dans un milieu nordique comme à Lebel-sur-Quévillon.

Ce que notre horticulteur va regarder, c’est d’aller chercher une autre essence d’arbre qui va convenir plus à notre climat parce que le prunier de Schubert est fragile. On essaie de trouver un autre arbre qui est aussi beau, mais qui convient mieux à notre climat. Et on veut évidemment replanter le plus tôt possible, ajoute Alain Poirier.

L’abattage devrait avoir lieu bientôt puisqu’il faut couper les arbres pendant qu’ils sont encore en dormance et que la maladie ne puisse pas se répandre. Le maire Alain Poirier souligne que la décision d’abattre les pruniers a été prise à contrecœur.

On veut que nos citoyens comprennent bien pourquoi on fait cette coupe-là. Ce n’est pas pour le plaisir de faire une coupe d’arbres. C’est vraiment parce qu’on n’a pas le choix. On va s’assurer d’en planter d'autres le plus tôt possible au printemps, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !