•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination: des rendez-vous pour les 65 ans et plus disponibles à la mi-mai

La femme se fait vacciner sur le bras.

Les personnes de 65 ans et plus peuvent maintenant prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Depuis vendredi, les citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean âgés de 65 à 70 ans peuvent prendre rendez-vous pour obtenir un vaccin contre la COVID-19.

La région compte 22 000 personnes dans cette tranche d'âge. Toutefois, celles qui se trouvent dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés (RPA) ont déjà pu recevoir leur première dose.

Dès l’ouverture des plages horaires à 8 h, les porte-étendards de cette catégorie d’âge se sont précipités sur le portail Clic Santé. En moins de deux heures, les rendez-vous du mois d’avril s’étaient tous envolés. La santé publique avait anticipé cette frénésie en dépêchant une quinzaine de personnes supplémentaires pour prendre des appels téléphoniques.

Un peu avant 21 h 30 vendredi, plusieurs rendez-vous étaient disponibles dans la région au mois de mai. Il y en avait à Chicoutimi (14, 15 et 16), à La Baie (1er, 15 et 16), à Jonquière (2, 15 et 16), à Alma (14, 15 et 16) et Roberval (15 et 16). À Dolbeau-Mistassini, tout est complet, mais il n'y a pas eu d'ajouts pour les 15 et 16 mai. Évidemment, ces plages se remplissent rapidement. Il est recommandé de visiter le site plusieurs fois par jour, car des ajouts peuvent se faire à tout moment.

Le directeur de la campagne de vaccination régionale et directeur général adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marc Thibault, espère recevoir des confirmations pour la réception de doses supplémentaires au cours des prochains jours pour que d’autres rendez-vous puissent être offerts aux 65 à 70 ans.

Si on avait des ajouts de vaccin, on ouvrirait des plages supplémentaires à la fin mars et en avril, donc là on viendrait jouer dans la séquence des groupes d'âge. Ça devient compliqué pour la population, mais nous il faut faire avec les doses qu'on nous donne, puis lorsqu'on en a, on les donne rapidement. Nous sommes très contents. On n’étendra pas ça jusqu'au mois de septembre , a déclaré Marc Thibeault.

7,45 % de la population

Actuellement, le pourcentage de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui a reçu une première dose s'élève à 7,45 %. Sur la Côte-Nord, c'est 22,49 % des citoyens qui ont été vaccinés. À l'autre bout du spectre, l'Outaouais affiche le plus bas pourcentage avec 5,95 %.

« Libération conditionnelle »

Le directeur général de la FADOQ Saguenay-Lac-Saint-Jean-Ungava, Patrice Saint-Pierre, rappelle que même si la campagne régionale de vaccination, lancée le 13 mars, se déroule bien, le respect des consignes sanitaires demeure primordial.

Nous sommes en libération encore conditionnelle actuellement. Les conditions c'est de garder les mesures sanitaires encore en place pour permettre la pleine immunisation après les trois à quatre semaines demandées. Aussi, il faut rappeler qu'il y a une deuxième dose qui est nécessaire, mais déjà on a une excellente protection et pour plusieurs c'est un vent d'espoir le fait d'avoir une vaccination , dit-il.

Ses propos font écho à ceux de Martine Côté, une citoyenne d’Alma qui était rivée à son écran dès 8 h vendredi pour obtenir un rendez-vous.

Le vaccin, ça représente la sortie du tunnel. Ça représente la protection de la majorité de la population , a témoigné celle qui recevra sa première dose en avril.

Les entreprises sollicitées

Par ailleurs, le gouvernement du Québec demande aux entreprises qui le peuvent de mettre l’épaule à la roue en contribuant à la campagne de vaccination.

Ces entreprises doivent s’engager à vacciner entre 15 000 et 25 000 personnes sur une période de trois mois, à partir du début de mai. Elles devront non seulement vacciner leurs employés et leurs familles, mais devront aussi inoculer des membres de la communauté avoisinante.

Rio Tinto a déjà signifié son intérêt à la santé publique, rappelle Marc Thibeault. La porte-parole de l’entreprise confirme que des discussions sont en cours.

Rio Tinto est en discussion avec le gouvernement du Québec pour déterminer comment nous pourrions soutenir la campagne de vaccination contre la COVID-19 dans les régions où nous exerçons nos activités. Rio Tinto est membre du Regroupement des entreprises pour la vaccination , a déclaré Malika Cherry.

L'entreprise Produits forestiers Résolu a également signifié son intérêt au gouvernement lorsqu'elle a pris connaissance du programme vendredi.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !