•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bureau de la concurrence submergé de questions sur l'accord entre Rogers et Shaw

L'enseigne de Rogers Communications.

Si la transaction va de l'avant, la famille Shaw deviendra l'un des plus importants actionnaires de Rogers.

Photo : La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

La Presse canadienne

Le Bureau de la concurrence affirme avoir déjà reçu une quantité sans précédent de messages en ligne au sujet de l'entente qui devrait voir Rogers Communications acquérir Shaw Communications.

L'organisme fédéral affirme qu'il reçoit un volume plus élevé qu'à la normale de questions et commentaires en ligne. Les demandes en ligne sont la principale porte d'entrée pour la rétroaction depuis la fermeture des services téléphoniques du Bureau, en mars 2020.

Depuis l'annonce de la transaction, lundi, le Bureau de la concurrence a reçu une vague de formulaires de rétroaction liés au projet de regroupement, évalué à 26 milliards de dollars. La transaction combinerait les deux plus grandes entreprises de câblodistribution du Canada et les activités dans le secteur sans fil, qui se livrent une concurrence.

Le régulateur a expliqué qu'il n'était pas en mesure de répondre à chaque formulaire individuellement en raison du volume élevé, mais que les commentaires seraient examinés en profondeur et que de nouvelles soumissions étaient toujours encouragées.

Le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, n'a pas avancé d'hypothèses quant à l'approbation de l'accord, mais il a déclaré cette semaine que son ministère examinerait la transaction, en plus des examens et des approbations requis du Bureau de la concurrence et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Le groupe de défense des consommateurs OpenMedia a estimé que le gouvernement ne devrait pas approuver l'accord, car cela réduirait le choix des Canadiens, mais le chef de la direction de Rogers, Joe Natale, a affirmé que les entreprises étaient convaincues que l'entente serait approuvée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !