•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

#FreeHaiti, un appel lancé au monde entier

Des manifestants dans les rues.

Des manifestants haïtiens scandent leurs revendications dans les rues de Port-au-Prince.

Photo : afp via getty images / VALERIE BAERISWYL

Le mot-clic #FreeHaiti fait le tour du monde sur les médias sociaux. L'état d'urgence a été déclaré dans le pays cette semaine. Le 12 mars, une opération de police a été menée dans un quartier de la capitale qu'un gang utilise comme lieu de séquestration de ses victimes. Mais elle s'est soldée par la mort de quatre policiers, ce qui marque particulièrement les esprits.

#FreeHaiti est utilisé pour réagir face à la situation politique et économique d'Haïti.

L’Ottavien d’origine haïtienne Herby Nordhoff Déronselé, un influenceur connu sur les médias sociaux sous le pseudonyme HerbyTheCeo, fait partie des premières personnes à avoir utilisé le mot-clic sur Twitter.

Portrait de Herby Nordhoff Déronselé, souriant, les bras croisés contre sa poitrine, une casquette sur la tête.

Herby Nordhoff Déronselé anime les émissions Discrétion Show et EXPERYANSMWEN sur la radio Multivox.

Photo : Herby Nordhoff Déronselé

#FreeHaiti, c’est pour parler de nos frustrations, c’est le premier but. Le second, c’est de rejoindre l'international, explique M. Nordhoff Déronselé.

Son compatriote Fresnel Louis, qui habite à Montréal, abonde aussi dans le même sens.

#FreeHaiti, pour nous qui sommes à l’étranger, ça permet d’additionner nos voix, de prendre position par rapport à notre Terre-Mère.

Une citation de :Fresnel Louis, Montréal

Cette mobilisation [en ligne] est un appel de solidarité avec le peuple haïtien, qui manifeste contre les dérives d’un gouvernement autoritaire, corrompu et qui ne fait que réprimer, explique l’historien montréalais Frantz Voltaire.

#FreeHaiti parce qu’on ne comprend pas comment on peut appuyer un gouvernement qui n’a connu que des dérives, ajoute-t-il.

Un mot-clic repris par des célébrités

L’influenceur, HerbyTheCeo s'est adressé directement à des personnalités publiques afin de rejoindre un plus grand auditoire.

Dans le monde, les artistes haïtiens ont collaboré avec nous.

Une citation de :Herby Nordhoff Déronselé, Ottawa

Parmi ces personnalités publiques, il y a Jozy Altidore, Américain d’origine haïtienne et joueur de soccer du Toronto FC; le rappeur de Brampton Tory Lanez; la gagnante du Concours La Voix 2018 Yama Laurent; et Fabienne Colas, entre autres. Des célébrités du rap américain et français comme Cardi B, NoName et Kery James ont aussi republié le mot-clic #FreeHaiti.

Une mobilisation qui ne date pas d'hier

Ben Rubens Jean Louis, un hydrogéologue haïtien qui vit à Taïwan, est l’un des premiers utilisateurs du mot-clic #FreeHaiti. Pour lui, il est important de mentionner que le mot-clic #FreeHaiti ne provient pas uniquement de la frustration actuelle ressentie envers le gouvernement haïtien, mais date bien de l’affaire Petrocaribe. Il mentionne également la vague de mobilisation des 6 et 7  juillet 2018, engendrée par la hausse des prix de l'essence annoncée par le gouvernement.

Par cette mobilisation en ligne, nous voulons informer les gens que nous mourons chaque jour. Nous comptons les cadavres chaque jour. Les mères pleurent…

Une citation de :Ben Rubens Jean Louis

Pour Jean Saint-Vil, domicilié en Outaouais et responsable de l’organisme Solidarité Québec-Haïti, #FreeHaiti est un mouvement devenu un mot-clic. Selon lui, Èzili Dantò, une avocate, activiste et artiste d’origine haïtienne qui réside aux États-Unis, a lancé le mouvement FreeHaiti avant l'existence de Twitter.

À la suite du coup d'État du 29 février 2004 où une coalition de pays impérialistes étrangers a renversé le président [...] Jean Bertrand Aristide, c’était évident qu’il fallait lancer un mouvement de solidarité pour libérer Haïti du joug des puissances néocoloniales.

Une citation de :Jean Saint-Vil

Il explique que pour lui, #FreeHaiti n'est pas un appel à l’intervention étrangère. Elle sera toujours désastreuse. On dénonce l’ingérence étrangère, dit-il.

Portrait, sur un mur en béton, de Vivender Alexis, l'un des policiers tués lors d'une opération policière menée contre un groupe de gangs armés en Haïti.

Fresque en mémoire de Georges Vivender Alexis, l’un des agents de Police tués à Village de Dieu au cours de l’opération policière avortée le 12 mars.

Photo : Jim Larose, journaliste en Haïti

M. Louis et l’historien Frantz Voltaire vont dans le même sens et affirment que le mot-clic #FreeHaiti permet de dénoncer le Core Group.

Celui-ci est composé de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, et de l’Union Européenne ainsi que du Représentant spécial de l’Organisation des États Américains, selon le Bureau intégré des Nations unies en Haïti.

Portrait de Fresnel Louis fixant la caméra dans sa cuisine. Derrière lui, une peinture représentant des fruits est accroché à un mur.

Fresnel Louis habite à Montréal.

Photo : Fresnel Louis

C’est pour que le Core Group cesse de diriger Haïti. C’est pour cela que nous militons sérieusement sur les réseaux sociaux. On les informe sur ce que nous voulons, on ne demande pas de l’aide, explique M. Louis.

On a besoin que ce [Core Group] cesse d’appuyer le gouvernement de Jovenel Moïse, qui par ailleurs est un gouvernement complètement illégitime, puisqu’il gouverne hors de la constitution.

Une citation de :Frantz Voltaire, historien haïtien

Une manifestation de Solidarité Québec-Haïti est prévue devant le bureau du ministre des Affaires étrangères à Montréal dimanche 21 mars à midi pour protester contre le soutien du gouvernement canadien au gouvernement haïtien.

Wi, mwen la rèd! Je n’y manquerai pas pour rien au monde, affirme M. Louis.

Sur le terrain en Haïti

Pascale Solages, militante féministe, explique qu’à certains moments, il y a de la lassitude parce que le peuple vit dans une misère atroce, donc il ne peut pas rester constamment mobilisé sur ses revendications qui n’ont pas cessé depuis ces trois dernières années, dit-elle. Elle affirme utiliser le mot-clic #FreeHaiti parce qu’il englobe tout ce qu’elle dénonce dans les manifestations auxquelles elle prend part. Elle espère que ce mot-clic va venir renforcer la lutte afin de briser ce système politique.

Portrait de Pascale Solages, les yeux rivés au loin, portant un foulard noué sur la tête et des bijoux authentiques d'Haïti

Pascale est une militante féministe, fondatrice de l'organisme Nègès Mawon.

Photo : Pascale Solages

On a un désir de rupture (avec ce gouvernement) pour venir avec une nouvelle offre politique [...] pour un bien-être collectif. #FreeHaiti, c’est dire que nous sommes le premier peuple noir indépendant de ce monde. Nous sommes un peuple de résistance.

Une citation de :Pascale Solages, militante, Haïti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !