•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet pilote de 40 caméras portatives pour la police de Saskatoon en 2022

L'extérieur du bâtiment du Service de police de la Ville de Saskatoon. On y voit le blason du Service gravé dans la pierre.

Le Service de police de Saskatoon a révisé sa stratégie en 2019 et a déposé la proposition du projet pilote en 2020.

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Radio-Canada

Le Service de police de Saskatoon lancera au début de l’année 2022 un projet pilote qui verra l’utilisation d’une quarantaine de caméras portatives par ses policiers.

L’information a été dévoilée dans un rapport présenté jeudi, lors d’un conseil d’administration du Service de police de la Ville. Le financement des 40 caméras a été inclus dans le budget 2021 du service pour un montant de 491 000 dollars.

La somme servira à lancer le programme avec l’achat des caméras et des logiciels pour celles-ci, ainsi qu’à couvrir les besoins internes du personnel.

Un financement additionnel de 470 000 dollars sur cinq ans a été prévu par le service. Il s'agit d'une estimation des coûts qui pourra être revue en fonction du développement du programme.

Le directeur général de la stratégie pour le Service de police de la Ville, Clae Hack, souligne que cette initiative a pour but d’apporter des preuves additionnelles lors des enquêtes et de fournir des détails lors de plaintes. Cette stratégie servira également à plus de transparence et à accroître la confiance du public dans le Service, ajoute-t-il.

Un plan systématique et en plusieurs phases avec plus de caméras suivra le projet pilote, selon le Service.

Un projet dont les contours restent à être définis

Bien qu’une politique provisoire ait été rédigée, Clae Hack affirme que les discussions avec les procureurs de la Couronne ne font que commencer, tout comme celles avec le commissaire à la vie privée de la province et la communauté pour recueillir leurs avis.

Le Service de police de Saskatoon déterminera à quel moment ces caméras seront allumées et quelles unités les porteront. Il sera également chargé de décider des règles d’enregistrement dans les lieux publics et privés de même que lors d’incidents particuliers ou sensibles.

La question se pose également sur les enregistrements, sur la façon dont ils pourront être consultés et sur la durée de leur conservation.

Une initiative qui prend du temps à être mise en place

Selon Clae Hack, l’idée a été explorée dès 2014, après qu’un policier blanc a tué l’Afro-Américain Michael Brown lors d’une manifestation qui avait lieu au Missouri.

Or la technologie de l’époque, comme la longévité de la batterie et la qualité des vidéos, ou encore l’entreposage des données avaient soulevé des doutes et des craintes au sein du Service de police de Saskatoon.

Clae Hack affirme que la technologie a évolué depuis et que ces questions ne se posent plus.

De nombreux services de police au pays examinent à nouveau cette possibilité, dont notre service, dit-il.

Avec les informations de Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !