•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le personnel scolaire sera aussi vacciné à Côte-Saint-Luc et dans Plamondon

Un travailleur de la santé qui porte un masque extrait une dose de vaccin d'une fiole à l'aide d'une seringue.

La santé publique de Montréal a lancé un projet pilote de vaccination à Côte-Saint-Luc et dans Plamondon.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

La santé publique de Montréal annonce qu’en plus des parents des enfants, les membres du personnel d'écoles et de garderies ciblées dans Côte-Saint-Luc et dans le quartier Plamondon, dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, seront vaccinés contre la COVID-19.

Le personnel scolaire en contact direct avec les enfants fera donc partie du projet pilote annoncé jeudi par les autorités sanitaires.

Cet effort, qui doit s'étendre sur deux semaines, a pour but d'éviter que le nouveau variant identifié au Royaume-Uni, qui est à l’origine de nombreuses éclosions dans ces secteurs, se propage à d’autres quartiers montréalais.

Les membres du personnel des écoles primaires et secondaires ainsi que ceux des services de garde n'avaient pas été inclus, dans un premier temps, dans le projet pilote. La directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, avait toutefois indiqué que des discussions étaient en cours à ce sujet.

Ce détail n'avait pas manqué d'agacer la Fédération du personnel de l’enseignement privé (FPEP-CSQ), qui jugeait alors que les autorités sanitaires négligeaient la santé des membres du personnel. Ceux-ci prennent pourtant un risque énorme en se rendant au travail, avait souligné son président, Stéphane Lapointe.

Le projet pilote doit permettre de vacciner plus de 15 000 personnes. Une trentaine d'écoles et une cinquantaine de services de garde sont dans la mire de la santé publique, selon le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Il n'est toutefois pas prévu de vacciner les frères et sœurs adultes des enfants qui fréquentent les établissements visés par les autorités sanitaires.

Les personnes qui pourront se faire vacciner dans le cadre du projet pilote – et qui n'auront donc pas à respecter le calendrier des vaccinations établi par la santé publique du Québec – seront avisées par la direction de leur établissement en temps et lieu, a fait savoir la Dre Drouin.

Si on vaccine par prévention dans les secteurs ciblés [...] où les variants sont prédominants, tout Montréal bénéficiera d’une meilleure protection face à la troisième vague, a assuré la Dre Drouin sur Twitter.

Pour un projet pilote en zone rouge

De l'avis de l'Association des directrices et directeurs généraux des établissements scolaires de l’enseignement privé, le projet pilote devrait rapidement inclure les membres du personnel de tous les établissements scolaires situés en zone rouge.

En confinant systématiquement des niveaux entiers, voire toute une école lorsque des éclosions surviennent, la santé publique engendre des bris de service majeurs dans les écoles et nuit au cheminement pédagogique des élèves, a plaidé l'Association.

Dans l'optique de garder un maximum d'écoles ouvertes, il nous apparaît essentiel de procéder rapidement à la vaccination du personnel scolaire des régions les plus affectées par l’apparition des nouveaux variants, a ajouté l'organisme par communiqué.

En date du 16 mars, les autorités sanitaires montréalaises faisaient état de 16 éclosions associées à un variant en milieu scolaire, soit 42 % des éclosions déclarées dans les écoles. Des éclosions en garderie, 11 étaient associées à un variant (19 %).

Le Grand Montréal compte le plus grand nombre de cas liés aux variants – britannique, sud-africain et brésilien – recensés dans la province, soit 327 des 541 cas confirmés jusqu'ici.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !