•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CP blâmé pour avoir laissé un train sans freins à main ni surveillance

Deux trains tournés vers l'est et stationnés à Field, en Colombie-Britannique, attendent le feu vert des autorités pour se rendre en Alberta, le lundi 4 février 2019.

Deux trains stationnés à Field, en Colombie-Britannique

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Transport Canada rappelle à l'ordre le Canadien Pacifique (CP) pour avoir laissé un train sans freins à main dans les montagnes Rocheuses, en amont de l'endroit où a eu lieu un déraillement mortel en 2019.

Cette pratique, contraire à la procédure, aurait pu entraîner un autre accident, selon le régulateur.

L'incident s'est produit le 15 février 2021, lors d'un embouteillage de trains de marchandises qui essayaient de traverser le col de montagne situé près de Field, à la frontière entre la Colombie-Britannique et l'Alberta.

Selon des sources au CP, l'équipage du train en question a reçu l'ordre de quitter la locomotive et de descendre la montagne pour aider à déplacer un autre train.

Transports Canada affirme que le CP a laissé le train sans surveillance, sur une pente pendant plus de deux heures, sans que les freins à main soient appliqués sur les wagons.

Or, depuis 2019, et à la suite du déraillement mortel qui avait eu lieu dans cette même région, l'utilisation des freins à main est obligatoire lorsqu'un train s'immobilise d'urgence en terrain montagneux.

On pouvait raisonnablement s'attendre à ce que le train se déplace de manière involontaire et incontrôlable, ce qui aurait pu causer des blessures mortelles.

Une citation de :Transports Canada

Aucun problème de sécurité, selon le Canadien Pacifique

Transports Canada estime que le CP aurait pu mettre des vies en danger, ce que dément la compagnie ferroviaire.

L'emplacement du train à ce moment-là n'était pas une pente montagneuse, et il n'y avait aucune inquiétude raisonnable de sécurité liée à des mouvements non intentionnels, a déclaré le Canadien Pacifique dans un communiqué envoyé à CBC.

L'activation des freins à main, considérée comme une procédure sécuritaire, prend du temps et peut ralentir le trafic ferroviaire.

Un souvenir douloureux

En 2019, trois employés du Canadien Pacifique ont perdu la vie à la suite d'un déraillement survenu à Field, en Colombie-Britannique.

N'ont-ils rien appris de la tragédie qui est arrivée à trois de leurs hommes ? s'insurge Cari Waldenberger, dont le fils Daniel est décédé dans cet accident du 4 février 2019.

Une dizaine de wagons brisés sont empilés sur le bord d'une route enneigée.

L'accident ferroviaire survenu en 2019 à Field, près de la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, a fait trois morts.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La mère de famille endeuillée dit qu'elle craint pour les employés du CP, y compris son autre fils, Jeremy, le frère jumeau de Daniel, qui travaille toujours pour l'entreprise.

Le CP fait passer le profit avant la sécurité et met la vie de ses employés en danger.

Une citation de :Cari Waldenberger, mère de famille endeuillée

En 2013, un accident ferroviaire lié à des freins à main non activés, celui de Lac-Mégantic, a marqué les esprits partout au pays. Un train de 72 wagons de pétrole brut est parti à la dérive, a déraillé et a explosé au centre-ville. Quarante-sept personnes ont alors perdu la vie.

En février 2021, la vérificatrice générale du Canada a déposé un rapport aux Communes dans lequel elle conclut qu'Ottawa ne surveille toujours pas assez la sécurité ferroviaire au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !