•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau reste évasif sur de possibles modifications au projet de loi C-21

Justin Trudeau, masqué, devant le Parlement.

Justin Trudeau, à son arrivée pour sa conférence de presse, vendredi, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le premier ministre canadien Justin Trudeau ne s'est pas engagé vendredi à modifier le projet de loi C-21 sur le contrôle des armes à feu, malgré l'appel cinglant de PolySeSouvient.

Dans une lettre au ton très dur qu'ils lui ont fait parvenir cette semaine, les membres du groupe composé de survivantes et de proches de victimes de la tuerie de Polytechnique exigent qu'Ottawa modifie son projet de loi.

Ils réclament que ce dernier soit assorti d'un programme de rachat obligatoire des armes d'assaut de type militaire interdites l'an dernier et d'une interdiction des armes de poing à l’échelle nationale.

Si le projet de loi n'est pas modifié, Justin Trudeau est prévenu qu'il ne sera plus le bienvenu aux commémorations annuelles du drame survenu le 6 décembre 1989.

En conférence de presse vendredi à Ottawa, le premier ministre s'est toutefois contenté d'évoquer de potentielles améliorations au projet de loi C-21, sans donner plus de détails.

Il a tenu à remercier les survivantes et les familles de PolySeSouvient et tous les groupes qui continuent à pousser pour plus de contrôle des armes à feu à travers le pays.

Nous les écoutons, nous sommes de tout cœur avec eux et nous allons continuer de travailler ensemble, a-t-il ajouté.

Après avoir rappelé que son gouvernement a interdit quelque 1500 armes d'assaut de type militaire l'an dernier, Justin Trudeau est demeuré évasif sur des amendements qui pourraient y être apportés.

On va continuer nos discussions autour de la loi 21, y compris avec des témoignages et des discussions parlementaires sur de potentielles améliorations à ce projet de loi, a-t-il dit.

Nous cherchons la façon de garder les gens en sécurité de la meilleure façon possible et nous sommes confiants que l’approche préconisée est la bonne. Mais nous allons toujours écouter des témoins et des témoignages qui peuvent souligner des améliorations potentielles.

Une citation de :Justin Trudeau

Il a aussi réitéré qu'il entend toujours permettre aux villes de restreindre la possession d'armes de poing sur leur territoire, malgré l'avis de plusieurs maires du pays, qui jugent cette approche impraticable.

60 jours pour administrer les doses américaines du vaccin d'AstraZeneca

M. Trudeau a aussi profité de sa conférence de presse pour remercier l'administration Biden de lui prêter 1,5 million de doses du vaccin d'AstraZeneca provenant des réserves américaines.

Ces doses arriveront avant la fin du mois et auront une date de péremption de 60 jours, a précisé sa ministre de l'Approvisionnement, Anita Anand.

En incluant les doses des vaccins de Pfizer-BioNTech déjà attendues, le Canada recevra 5 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 d'ici la fin du mois.

Ottawa prévoit maintenant que le Canada recevra 36,5 millions de doses d'ici la fin du mois de juin, et 118 millions de doses d'ici la fin du mois de septembre.

Les autorités américaines n'ont pas encore autorisé le vaccin d'AstraZeneca sur leur territoire. Or, leurs usines en ont déjà produit 7 millions de doses.

Par la suite, le Canada devra rembourser le prêt en transférant aux Américains 1,5 million de doses du même vaccin une fois qu'il aura reçu le feu vert des autorités américaines.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !