•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 M$ pour analyser les égouts à la recherche de la COVID

Une chercheuse de l'Ontario Tech University à Oshawa analyse des échantillons d'eaux usées pour détecter la présence de la COVID.

L’Ontario Tech University est un des établissements qui fait de la recherche sur la détection de la COVID dans les eaux usées.

Photo : CBC/Mike Crawley

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien financera un réseau de chercheurs qui analysent les eaux usées, pour y détecter la présence du coronavirus.

Ce réseau de surveillance, qui regroupe 13 universités et instituts de recherche de la province, recevra 12 millions de dollars.

L’analyse des eaux usées permet de repérer un foyer d’infection avant même que les résidents ne présentent de symptômes.

Des fragments d’ADN se retrouvent dans les excréments d’une personne quelques jours avant qu’elle commence à se sentir malade et pour une période de deux à trois semaines après l’apparition des symptômes.

Une douzaine de municipalités et de régions ontariennes, dont Toronto, Ottawa et Windsor, utilisent déjà cette approche pour détecter les premiers signes d’infection.

Le gouvernement veut que ces analyses soient aussi faites dans certaines communautés autochtones, ainsi que dans des lieux d’hébergement collectif comme des foyers de soins pour personnes âgées, des refuges et des prisons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !