•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers répondants et les enseignants recevront le vaccin d'AstraZeneca

Une personne est en train de se faire administrer un vaccin.

Les responsables de la santé affirment qu'ils sont en avance sur le calendrier de réservation pour la vaccination contre la COVID-19.

Photo : CBC/Ben Nelms

Les premiers répondants, les enseignants, les travailleurs en garderie ainsi que les travailleurs des épiceries pourront tous obtenir leur dose de vaccin en priorité dès le mois d’avril, indique la province lors de la mise à jour de son plan de vaccination.

Tout comme les travailleurs à risque dans les usines de transformation d’aliments et les travailleurs agricoles, cette nouvelle liste de travailleurs prioritaires bénéficiera de doses de vaccin d'AstraZeneca que la province compte recevoir dans les prochains jours.

En tout, plus de 300 000 travailleurs essentiels jugés à risque par la province obtiendront leur vaccin plus rapidement que leur tranche d’âge.

Même avec les meilleurs plans en place, c’est très difficile pour certains secteurs d’utiliser de l’équipement de protection personnel au quotidien. Nous avons donc stratégiquement visé les groupes où on a observé des difficultés malgré les efforts du personnel, explique la Dre Bonnie Henry.

Travailleurs qui pourront se faire vacciner en priorité dès le mois d’avril :

  • Les premiers répondants (policiers, pompiers, ambulanciers)
  • Le personnel d’éducation de la maternelle à la douzième année
  • Les travailleurs de garderie
  • Les travailleurs des épiceries
  • Les postiers
  • Les agents de réglementation de quarantaine
  • Les travailleurs d'usines
  • Les travailleurs d'entrepôts
  • Les employés des services correctionnels
  • Les employés qui vivent sur leur lieu de travail (dans les centres de ski, par exemple)
  • Le personnel de transport transfrontalier

La distribution des vaccins sera faite en utilisant autant les cliniques existantes que les cliniques de vaccination de masse qui ont été déployées à travers la Colombie-Britannique, tandis que 40 % de ces doses seront administrées directement sur les lieux de travail.

[Le vaccin d'AstraZeneca] est un vaccin stable au réfrigérateur, alors nous pouvons utiliser les infrastructures existantes dans les communautés, en particulier les pharmacies, ajoute la médecin hygiéniste en chef.

En raison d’un nombre plus élevé de doses de vaccin disponibles dans les prochaines semaines, la vaccination par tranche d’âge se trouve accélérée.

Les septuagénaires pourront donc se faire vacciner dès le mois de mars, plutôt qu’en avril, et seront appelés à prendre un rendez-vous dans les prochains jours.

D’ici la fin avril, la Dre Penny Ballem, qui dirige la campagne de vaccination pour la Colombie-Britannique, estime que 25 % de la population sera immunisée.

Nous vaccinons environ 20 000 personnes par jour en Colombie-Britannique, ce qui est une augmentation remarquable, souligne-t-elle.

Afin d’éviter une pénurie avant l'injection de la seconde dose – notamment pour les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna, qui peuvent avoir quelques jours de retard –, un nombre de doses équivalent à trois jours de vaccination sera mis de côté par la province.

À compter du 6 avril, lorsque la campagne de vaccination s’intensifiera, la prise de rendez-vous pour la vaccination pourra se faire en ligne ainsi qu’à un numéro unique pour l’ensemble de la province, où un service de traduction en plusieurs langues sera offert.

Réaction favorable des secteurs concernés

Le syndicat des enseignants de la province a exprimé à plusieurs reprises ses inquiétudes concernant le risque pour le personnel de l’éducation de contracter la COVID-19 dans les écoles. Cette décision des autorités sanitaires est donc très bien reçue.

« C’est avec beaucoup de soulagement que nous avons appris que les enseignants pourront être priorisés. »

— Une citation de  Teri Mooring, présidente du syndicat des enseignants de la Colombie-Britannique

Elle ajoute que cette décision tombe à point puisque le personnel s'inquiétait d’une montée du nombre de cas de COVID-19 avec le retour en classe après la relâche.

L’Association des chefs de police de la Colombie-Britannique se dit également reconnaissante que les policiers fassent partie de cette nouvelle liste de priorités.

Je tiens à remercier le gouvernement d’avoir reconnu le travail imprévisible des premiers répondants et d'avoir mis le vaccin d'AstraZeneca à la disposition des policiers, écrit le président de l’association, le chef adjoint Howard Chow.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !