•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prolongement de la ligne bleue retardé une fois de plus

Un métro repart après que des usagers en sont descendus.

Les résidents de l’est de Montréal devront encore faire preuve de patience : le retard supplémentaire est d'au moins 18 mois.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les résidents de l’est de Montréal devront encore faire preuve de patience, alors que le prolongement de la ligne bleue du métro est encore une fois repoussé. Les travaux ne pourront pas être achevés en 2026, a confirmé jeudi la Société de transport de Montréal (STM), sans se commettre sur un nouvel échéancier.

Selon Philippe Déry, conseiller en relations publiques à la STM, plusieurs éléments externes entraînent des délais supplémentaires, tels que l'ampleur des expropriations, notamment en raison de la contestation judiciaire par Cadillac-Fairview, et des modifications demandées.

De plus, bien que le projet de loi 66 ait pour effet de faciliter les expropriations, son adoption tardive a entraîné un délai supplémentaire d’au minimum 18 mois pour la réalisation du projet, dit-il.

Par ailleurs, l’intégration du REM de l’Est – dont la STM n'avait pas été informée au préalable – s’ajoute à la complexité et à la portée du projet.

La station Lacordaire devenant intermodale, sa conception doit être revue de fond en comble, ainsi que la mise en œuvre du chantier, explique M. Déry.

Plan de la ligne bleue incluant les stations projetées Pie-IX, Viau, Lacordaire, Langelier et Anjou.

Le projet le plus récent comprend cinq nouvelles stations jusqu'à l'arrondissement d'Anjou.

Photo : Radio-Canada

Questionné sur le sujet en marge d'une autre annonce, jeudi après-midi, le premier ministre du Québec, François Legault, s'est fait rassurant. On continue à vouloir faire la ligne bleue, a-t-il déclaré.

Mais le REM de l'Est change la donne, manifestement. Ce projet, admet le premier ministre, amène une réflexion sur la ligne bleue. On ne veut pas dédoubler le service qui va être donné à certains endroits, a-t-il expliqué.

En entrevue avec Patrice Roy, en fin de journée, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a rejeté le blâme sur Québec, affirmant avoir appris en même temps que tout le monde que les travaux seraient repoussés d'au moins 18 mois.

Si elle s'est dite heureuse d'entendre le premier ministre Legault réitérer sa volonté de prolonger la ligne bleue, Mme Plante a pris soin de rappeler que ce projet et le REM de l'Est étaient complémentaires.

Ce n'est pas la même affaire, a-t-elle souligné, rappelant que les deux infrastructures de transport n'étaient pas destinées à desservir les mêmes quartiers. Sans compter qu'un métro comportera son lot d'avantages, selon la mairesse.

Les trois politiciens en conférence de presse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La plus récente mouture du projet a été présentée en grande pompe par le premier ministre du Canada Justin Trudeau, son homologue québécois Philippe Couillard et la mairesse de Montréal Valerie Plante en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

En août 2020, Mme Plante avait demandé au gouvernement Legault de présenter à la rentrée parlementaire une loi spéciale qui permettrait de faciliter les expropriations nécessaires à la construction de cinq nouvelles stations de métro à l'est de Saint-Michel.

Quatre mois plus tard, en décembre, le gouvernement Legault faisait adopter le projet de loi 66 pour accélérer 181 projets d’infrastructure, dont celui du prolongement de la ligne bleue de Montréal, qui est dans les cartons depuis les années 1980.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !